USTTB : lancement de deux nouveaux Masters en GRC et RMO


L’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) abrite désormais deux nouveaux Masters. Il s’agit d’un Master en Gestion des Risques de Catastrophes (GRC) et d’un Master en Santé Publique avec une orientation en Recherche sur la Mise en Œuvre (RMO) des programmes de santé. Le lancement de ses nouvelles formations diplômantes a eu lieu, ce jeudi 22 juin, à la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie (FMOS).

 « La gestion des risques de catastrophes est un impératif de développement pour le Mali », a indiqué le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Le Professeur Amadou KEITA a présidé la cérémonie de lancement des deux masters. C’était en présence de ses homologues de la Santé, et de la Sécurité et de la Protection civile. Les premiers étudiants maliens et étrangers deux programmes ont été présentés aux membres du gouvernement.

 Selon le ministre de l’Enseignement Supérieur, avec le changement environnemental mondial et local, les pandémies et les conflits, la gestion des risques de catastrophes et la planification de la résilience deviennent une préoccupation pour les pays vulnérables. « La création du programme de Master en GRC à la FMOS répond à ce défi », a souligné le Professeur Amadou KEITA.

Selon l’OMS, plus d’un milliard de personnes souffrent d’une Maladie tropicale négligée (MTN) dont un tiers en Afrique. Cela coûte, chaque année, des milliards de dollars aux économies des pays en développement. Les cinq MNT, les plus prévalentes sont : les vers intestinaux, la schistosomiase, la filariose lymphatique, le trachome et la cécité des rivières.

« Pour vaincre ses maladies, l’Organisation Mondiale de la Santé a lancé des bourses d’études supérieures 2023-2024 sur la Recherche de Mise en Œuvre (RMO) », a salué le Professeur Seydou Doumbia, Doyen de la Faculté de Médecine. Et d’ajouter : « Ce programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales était ouvert aux candidats de 20 pays africains ».

Mamadou TOGOLA/maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *