Pour le Parti CODEM : « L’occupation de toutes les ex-emprises de la MINUSMA ne saurait être la fin du conflit »

Pour le Parti CODEM : « L’occupation de toutes les ex-emprises de la MINUSMA ne saurait être la fin du conflit »

Sur la situation socio-politique, économique et sécuritaire actuelle du pays, le comité exécutif du Parti CODEM a émis une déclaration le 8 novembre dernier. Dans cette déclaration, il prône de donner une chance aux négociations en lieu et place des affrontements armés entre les Forces Armées Maliennes (FAMa) et le Cadre Stratégique permanent pour la Paix, la Sécurité et le Développement (CSP-PSD). Car pour lui : « l’occupation de toutes les ex-emprises de la MINUSMA ne saurait être la fin du conflit ».
Contrairement aux autres formations politiques de la place, la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) n’est pas restée silencieuse sur les crises récentes au Mali. Que ce soit sécuritaire ou énergétique. Pour cela, elle a donné son point de vue sur la question à travers une déclaration signée par son président Housseini Amion Guindo.
Selon le Parti de la quenouille, en cette fin d’année de 2023, le Mali connait une aggravation sans précédent de la crise multidimensionnelle caractérisée par une situation socio-économique désastreuse empirée par la crise énergétique. Ce, avec une situation d’insécurité grandissante sur presque toute l’étendue du territoire malien, avec une violence devenue banale ayant pour conséquence un flot de morts, de réfugiés et de déplacés internes. Egalement, la reprise des hostilités entre le Gouvernement de Transition et une partie des mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation réunis au sein du CSP-PSD.

Sur la situation socio-politique, économique et sécuritaire actuelle du pays, le comité exécutif du Parti CODEM a émis une déclaration le 8 novembre dernier. Dans cette déclaration, il prône de donner une chance aux négociations en lieu et place des affrontements armés entre les Forces Armées Maliennes (FAMa) et le Cadre Stratégique permanent pour la Paix, la Sécurité et le Développement (CSP-PSD). Car pour lui : « l’occupation de toutes les ex-emprises de la MINUSMA ne saurait être la fin du conflit ».
Contrairement aux autres formations politiques de la place, la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) n’est pas restée silencieuse sur les crises récentes au Mali. Que ce soit sécuritaire ou énergétique. Pour cela, elle a donné son point de vue sur la question à travers une déclaration signée par son président Housseini Amion Guindo.
Selon le Parti de la quenouille, en cette fin d’année de 2023, le Mali connait une aggravation sans précédent de la crise multidimensionnelle caractérisée par une situation socio-économique désastreuse empirée par la crise énergétique. Ce, avec une situation d’insécurité grandissante sur presque toute l’étendue du territoire malien, avec une violence devenue banale ayant pour conséquence un flot de morts, de réfugiés et de déplacés internes. Egalement, la reprise des hostilités entre le Gouvernement de Transition et une partie des mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation réunis au sein du CSP-PSD.

Source: abamako.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *