Pour Claude David Convisser, directeur général de Plant Oil Powered : Le Pourghère a la capacité de redynamiser tout le secteur de l’énergie renouvelable au Mali


 

Pour Claude David Convisser, directeur général de Plant Oil Powered : Le Pourghère a la capacité de redynamiser tout le secteur de l’énergie renouvelable au Mali

L’homme d’affaires et avocat américain résidant au Mali, Claude David Convisser, était face à la presse le 20 mai 2023 à la Maison de la Presse de Bamako. Au centre des échanges avec les médias, son projet d’énergie cent pour cent renouvelables au Mali. Une matière à base de résidu de l’extraction de l’huile végétale des graines du fruit non comestible du pourghère ou «bagani» en bambara (Jatropha Curcas).

A travers cette conférence de presse, M. Claude David Convisser a fait la promotion de son entreprise qui œuvre beaucoup dans le domaine de l’énergie renouvelable pendant un peu plus de seize ans en Amérique, au Mexique et en Afrique. Il s’agit de Plant oil powered (POP) Diesel Africa Limited Compagagny ! Cette riche expérience tourne autour de l’exploitation du pourghère ou «bagani» en bambara (Jatropha Curcas). Son exposée luminaire a ainsi porté sur comment utiliser cette plante pour redynamiser tout le secteur de l’énergie renouvelable tout en améliorant la vie des milliers des planteurs et de lutter contre le réchauffement climatique.

«Le pourghère a une racine pivotante qui s’enfonce profondément dans le sol et fait remonter l’humidité et les minéraux à la surface. Si nous plantons ces arbres dans les zones non boisées au sud de l’endroit où nous nous trouvons actuellement à Bamako, ces arbres apporteront de l’humidité à l’atmosphère. En raison des vents dominants, cette humidité se déplacera vers le nord en direction du désert, augmentant la formation de nuage et les précipitations», a expliqué Claude David Convisser. Ce qui va naturellement inverser le processus de désertification. «Lorsqu’un moteur fonctionne à 100 % avec de l’huile végétale de jatropha, le conducteur remarquera un fonctionnement doux et plus silencieux… Cette diminution du bruit se traduit par une réduction de l’usure, des coûts d’entretien et de la durée de vie du moteur», a rappelé M. Claude David Convisser pour mettre en exergue les performances de ce biocarburant.

Et d’ajouter, «étant donné que l’huile végétale provient de molécules de carbone que la plante a déjà extrait de l’atmosphère, son utilisation à 100 %, par rapport à un mélange de 20 % de biodiesel et de 80 % de carburant diesel à base de pétrole, est bien meilleur pour atténuer le réchauffement climatique de la planète».

Outre les qualités exceptionnelles de l’huile végétale de la jatropha et de la mise en place du projet pour le peuple malien qui l’a si bien accueilli, l’homme d’affaires a rappelé que la paix est la condition sine qua non pour réaliser tout cela. «J’ai proposé mes services en tant qu’avocat neutre et expérimenté pour négocier la fin du conflit», a-t-il indiqué. Et de poursuivre, «un agent de liaison de d’Iyad Ag Ghali (leader du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans/GSIM) m’a encore dit la semaine dernière que tôt ou tard, il m’invitera à négocier la paix et peut-être aussi une alliance militaire contre l’Etat islamique».

«Comme je l’ai déjà dis, je serais ravi de rencontrer Iyad et de me joindre à lui et à d’autres chefs terroristes pour faire la paix et rendre service au peuple malien vertueux qui m’a si bien accueilli», a assuré M. Claude David Convisser. La seconde condition pour la redynamisation du secteur de la bioénergie, selon le conférencier, est liée à la création des facilités de mobilisations des investissements. «Il faut d’abord que l’industrie pétrolière investisse deux milliards de dollars (environ 15 000 milliards du FCFA) dans mon entreprise ; qu’elle dépose cet argent sur le compte bancaire de ma société. A défaut, je n’irai pas à la rencontre de Iyad Ag Ghali», a-t-il déclaré.

 

Et de préciser, «tout projet de Jatropha qui n’est pas géré par moi ou réalisé par l’intermédiaire de ma société est voué à l’échec. Il peut avoir été conçu pour échouer dès le départ parce qu’il est géré ou motivé par la mafia du biodiesel du crime organisé ou par l’industrie pétrolière». Marketing commerciale ou tentative d’intimidation de la concurrence ?

Titulaire d’un Doctorat en droit de l’université de Virginie et d’un diplôme en sciences politiques du Harvard Collège, Claude David Convisser est donc le Directeur général de Plant oil powered (POP) Diesel, Inc. (EUA). Selon l’homme d’affaires, POP Diesel Africa a pour ambition d’aider les petits exploitants agricoles à planter des arbres de jatropha curcas pour l’huile de la graine du fruit non comestible et leurs cultures vivrières dans toute la savane ouest-africaine. L’objectif est aussi de transformer les récoltes en utilisant de l’électricité renouvelable dérivée de l’extraction de l’huile végétale tout en partageant les bénéfices avec exploitants agricoles.

Sory Diakité


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *