Pauvreté menstruelle : les femmes africaines n’ont pas les moyens d’acheter des serviettes hygiéniques

Pauvreté menstruelle : les femmes africaines n’ont pas les moyens d’acheter des serviettes hygiéniques

Au Ghana, les femmes qui touchent le salaire minimum doivent dépenser un dollar sur sept qu’elles gagnent pour acheter des serviettes hygiéniques, selon une étude de la BBC.

La BBC a enquêté dans neuf pays d’Afrique pour voir si les produits hygiéniques étaient abordables. Nous avons comparé le salaire minimum au coût local des serviettes hygiéniques les moins chères et nous avons constaté qu’elles étaient hors de portée de nombreuses femmes.

Si le Ghana est le pays où les produits menstruels sont les moins abordables, les femmes de toute l’Afrique sont confrontées à la « pauvreté menstruelle », ce que les activistes tentent de changer.

Joyce, une Ghanéenne de 22 ans, n’a pas les moyens d’acheter ce dont elle a besoin lorsqu’elle a ses règles.

« La seule personne disponible pour l’aider veut avoir des relations sexuelles avec moi avant de me donner l’argent. Je suis obligée de le faire parce que j’ai besoin de serviettes hygiéniques pour le mois », explique-t-elle à la BBC.

Dans six des pays étudiés par la BBC, les femmes au salaire minimum doivent dépenser entre 3 et 13 % de leur salaire pour acheter deux paquets de serviettes hygiéniques contenant huit serviettes – ce dont beaucoup de femmes ont besoin chaque mois.

Assistante dans une épicerie, Joyce vit avec un ami de la famille et survit grâce aux pourboires. Auparavant, elle pouvait se permettre d’acheter des serviettes hygiéniques au prix de 4,88 cedis ghanéens (environ 267 francs CFA) par paquet.

Cependant, après que le gouvernement a augmenté les taxes sur les produits hygiéniques, un paquet de serviettes coûte désormais 20 cédis (environ 1 071 francs CFA), ce qui le met hors de sa portée.

La hausse des prix a poussé les femmes à manifester devant le parlement ghanéen en juin 2023.

Joyce a eu recours à du papier hygiénique comme tampon de fortune, mais lorsque cette solution s’est avérée insoutenable, elle dit s’être sentie à court d’options et avoir cédé à des demandes sexuelles en échange d’argent pour les tampons. Mais la lutte de Joyce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

La BBC a utilisé le salaire minimum légal dans chacun des neuf pays étudiés et le prix le plus bas des serviettes hygiéniques disponibles localement pour calculer ses conclusions.

Le Ghana est le pays où les produits sont les plus chers par rapport au revenu mensuel.

D’après nos recherches, une femme gagnant un salaire minimum de 26 dollars (environ 15 681 francs CFA) par mois au Ghana devrait dépenser 3 dollars

En 2004, le Kenya est devenu le premier pays au monde à supprimer les taxes sur les serviettes et tampons hygiéniques. En 2016, il est allé plus loin en supprimant la taxe sur les matières premières utilisées pour fabriquer les serviettes hygiéniques.

En conséquence, le prix des serviettes hygiéniques a baissé au Kenya, les produits hygiéniques les moins chers étant vendus en 2023 au prix de 50 shillings kenyans (environ 208 francs CFA), ce qui en fait le pays où les serviettes hygiéniques sont les plus abordables dans le cadre de notre étude.

Toutefois, les femmes politiques et les militantes font pression pour obtenir de nouvelles exonérations fiscales dans l’espoir de faire baisser davantage les prix.

En Afrique du Sud, Nokuzola Ndwandwe, une militante de l’hygiène menstruelle, s’efforce depuis 2014 d’obtenir la suppression de la TVA sur les produits liés aux règles. En avril 2019, elle a remporté une « victoire monumentale » lorsque le gouvernement a supprimé la taxe sur la valeur ajoutée de 15 % sur les serviettes hygiéniques et a annoncé la gratuité des serviettes hygiéniques dans les écoles publiques.

Les pays qui ne taxent pas les serviettes hygiéniques et qui autorisent les fabricants à déduire la taxe sur les matériaux utilisés (détaxés) ont tendance à proposer des produits moins chers dans l’ensemble.

Mais l’exonération fiscale est-elle suffisante pour garantir l’accès des femmes et des filles aux serviettes hygiéniques ?

En 2019, le gouvernement tanzanien a annoncé qu’il réintroduisait la TVA sur les produits sanitaires, un an seulement après l’avoir supprimée. Cette décision faisait suite à des plaintes de consommateurs qui estimaient que les prix n’avaient pas baissé dans les magasins et sur les marchés.

Les militants affirment que les prix n’ont pas baissé parce que la taxe a été réintroduite avant que la chaîne d’approvisionnement des produits n’ait eu le temps de s’adapter.

En Afrique et dans le monde entier, le manque d’accès aux produits d’hygiène menstruelle, en raison de leur coût élevé ou parce qu’ils ne sont pas disponibles dans les zones rurales ou isolées, a eu un impact considérable sur des millions de femmes.

Bien qu’il n’existe pas d’étude globale sur le nombre de filles qui manquent l’école dans le monde, des études menées dans différentes régions et plusieurs pays révèlent que des milliers de filles manquent plusieurs jours d’éducation chaque année parce qu’elles ont leurs règles.

(environ 1 809 francs CFA), soit un dollar sur 7 qu’elle gagne, pour acheter deux paquets de serviettes hygiéniques contenant huit serviettes.

Cela signifie que pour chaque 80 cédis (environ 4 286 francs CFA) qu’elle gagne, elle doit dépenser 11 cédis (environ 589 francs CFA) rien que pour les serviettes hygiéniques.

À titre de comparaison, les femmes aux États-Unis ou au Royaume-Uni dépenseraient beaucoup moins. Par exemple, aux États-Unis, les femmes qui gagnent le salaire minimum dépensent 3 dollars sur 1 200 dollars (environ 723 748 francs CFA).

Quel est le rapport avec la taxe ?

Francisca Sarpong Owusu, chercheuse au Centre pour le développement démocratique (CDD) au Ghana, explique que de nombreuses filles et femmes vulnérables utilisent des chiffons en tissu qu’elles recouvrent de feuilles de plastique, de sacs en papier ciment et de tiges de plantain séchées lorsqu’elles ont leurs règles, parce qu’elles n’ont pas les moyens d’acheter des serviettes hygiéniques jetables.

Le problème ne se limite pas au Ghana. Ses conséquences sont stupéfiantes.

Selon la Banque mondiale, 500 millions de femmes dans le monde n’ont pas accès aux produits menstruels.

Elles ne disposent pas non plus d’installations adéquates pour la gestion de l’hygiène menstruelle, comme de l’eau propre et des toilettes.

De nombreux militants de la santé menstruelle estiment que la suppression des « taxes sur les tampons » est un moyen d’aider les femmes à avoir accès aux produits hygiéniques et à leur coût.

La taxe sur les tampons fait référence aux types de taxes imposées sur les produits d’hygiène féminine, y compris les produits pour les règles tels que les serviettes hygiéniques et les coupes menstruelles, et peut inclure la taxe sur les ventes, la TVA et d’autres taxes.

Les défenseurs du droit à la santé menstruelle affirment en outre que les gouvernements considèrent toujours les produits féminins comme des articles de luxe, plutôt que comme des biens de consommation ou des produits de première nécessité, ce qui signifie que la taxe qui leur est imposée s’apparente à une « taxe de luxe », imposée sur des articles considérés comme non essentiels, que seules les personnes fortunées achèteront. Ces taxes sont généralement plus élevées que celles qui frappent les produits de base.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *