Niger : après les sanctions économiques, éviter à tout prix l’asphyxie

Niger : après les sanctions économiques, éviter à tout prix l’asphyxie

Presque tous les prix sont en hausse à cause de l’embargo », se défend devant ses clients Elhadj Ali, commerçant au marché Dar-es-salam de Niamey : depuis les sanctions ouest-africaines imposées en réponse au coup d’Etat du 26 juillet, les Nigériens tentent à tout prix d’éviter l’asphyxie.

Le Niger subit en premier lieu l’inflation, née des lourdes sanctions économiques et financières imposées le 30 juillet par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), quatre jours après le coup d’État militaire qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum.

Dans cet immense pays en grande partie désertique, sans littoral et très dépendant de ses voisins, un sac de riz de 25 kg importé coûte désormais 14 500 francs CFA (soit 22 euros), contre 11 500 (environ 18 euros) avant les sanctions.

« Pour le moment, il n’y a pas de pénuries, les stocks de produits permettront au pays de tenir jusqu’en décembre », assure Chaïbou Tchiombiano, secrétaire général du Syndicat des commerçants exportateurs-importateurs du Niger…Suite sur fr.africanews

Source : fr.africanews.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *