Mines au Mali: bonne nouvelle pour l’économie en plus des réformes majeures

Mines au Mali: bonne nouvelle pour l’économie en plus des réformes majeures

Cette somme représente une augmentation substantielle de 35% en comparaison à l’année précédente, alimentée par la performance des services de recouvrement et la levée de plusieurs exonérations fiscales depuis 2021. Au-delà des résultats encourageants de 2022, les perspectives pour l’année 2023 sont également prometteuses.
L’année 2022 a marqué un tournant positif pour l’économie malienne avec une production record d’or. Le pays a produit 66,2 tonnes d’or, enregistrant une hausse de 4% par rapport à l’année précédente. Cette réalisation est d’autant plus significative que le secteur de l’or représente environ 10% du PIB du Mali, soulignant l’importance cruciale de cette industrie pour l’économie nationale. Les retombées économiques de cette production accrue ne se sont pas fait attendre. Les revenus publics générés par l’exploitation aurifère ont atteint un chiffre impressionnant de 763,7 milliards FCFA, soit environ 1,23 milliard de dollars américains.
Cette somme représente une augmentation substantielle de 35% en comparaison à l’année précédente, alimentée par la performance des services de recouvrement et la levée de plusieurs exonérations fiscales depuis 2021. Au-delà des résultats encourageants de 2022, les perspectives pour l’année 2023 sont également prometteuses. Les prévisions indiquent une augmentation de la production d’or, qui devrait atteindre 67,7 tonnes. Ces chiffres sont le reflet de la dynamique positive qui caractérise le secteur aurifère malien, et ils témoignent de son rôle prépondérant dans l’économie du pays.
Un nouveau code minier qui pourrait booster le secteur
L’adoption d’un nouveau code minier par le Mali témoigne de la volonté du pays de maximiser les bénéfices de cette industrie prospère. Ce nouveau cadre réglementaire met notamment l’accent sur l’inclusion des entreprises et travailleurs locaux dans le secteur extractif, grâce à la législation sur le « contenu local », favorisant ainsi une participation active et une représentation adéquate des Maliens.

En parallèle, le nouveau code minier contribue à renforcer la souveraineté du Mali sur ses ressources minérales. Il prévoit une participation étatique initiale de 10% dans tous les projets miniers, avec la possibilité d’acquérir 20% supplémentaires durant les premières années de production, en plus des 5% pouvant être attribués au secteur privé malien. Cette démarche devrait permettre de rapporter 500 milliards de francs CFA supplémentaires au budget annuel du pays.
En conclusion, les avancées réalisées dans le secteur aurifère et les réformes initiées par le gouvernement malien sont des signes positifs pour l’économie du pays. La hausse de la production d’or et l’adoption d’un nouveau code minier positionnent le Mali sur la voie d’un développement économique plus inclusif et souverain.

Source : La nouvelle tribune


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *