Mali: le M5-RFP de Dr Choguel Maïga demande au gouvernement « de dénoncer l’accord d’Alger »

Mali: le M5-RFP de Dr Choguel Maïga demande au gouvernement « de dénoncer l’accord d’Alger »

Le Comité Stratégique du Mouvement du 5 juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), proche du premier ministre Dr Choguel Kokalla  Maïga , a  demandé au  gouvernement la  dénonciation de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. 

Cette demande intervient seulement quelques jours  après la décision prise par le Président de Transition, le colonel Assimi Goïta, de nationaliser  l’accord de paix.  Le  M5-RFP est favorable  à l’option prise par le Chef de l’Etat et demande instamment aux autorités de la Transition de dénoncer l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger.  Le mouvement hétéroclite  reproche  à l’accord signé  en 2015 entre  les groupes armés essentiellement issus des régions du nord et le gouvernement d’avoir fait échec  «  apporter  la Paix, la Réconciliation encore moins la Stabilité de  le  pays » malgré  les concessions faites et les efforts consentis de par et d’autre.

« L’abandon pur et simple de l’Accord »

« L’Accord a montré toutes ses limites », estime  le  comité stratégique du M5-RFP  qui  constate avec  regret de l’impasse à laquelle l’accord d’Alger a mené toutes ses parties prenantes à savoir le gouvernement du Mali, les mouvements signataires et le Comité de suivi. En demandant la dénonciation de l’accord,  les proches du premier ministre de Transition  exhorte  le peuple  souverain du Mali à  se libérer d’un tel fardeau et d’envisager d’autres pistes pour réaliser l’union nationale qui, selon eux, devrait parachever l’unité territoriale conquise de haute lutte après le retour de Kidal dans la République.

Ainsi, le Comité Stratégique du M5-RFP apporte son soutien  aux  initiatives de dialogue inter-malien annoncées  par le Chef de l’Etat lors son vœu de nouvel An au peuple Mali.  Poursuivant, le  M5-RFP propose  « l’abandon pur et simple de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation » et invite le gouvernement de la Transition à faire face à l’assistance aux populations maliennes de toute urgence sur toute l’étendue du territoire national, à leur sécurité et au retour aussi bien des réfugiés, des déplacés que des services sociaux de base.

Pour rappel, les mouvements séparatistes touareg ont rejeté  l’idée d’un «dialogue direct inter-malien pour la paix et la réconciliation» avancée par le Président de transition  lors de son vœu de nouvel an à la nation.  « Nous pensons que le dialogue inter-malien est une façon de prononcer la caducité définitive de l’accord et de mettre la médiation internationale à la porte », a déclaré à l’AFP Mohamed Elmaouloud Ramadane, un porte-parole de la rébellion touareg signataire de l’accord de paix sous l’égide d’Alger en 2015.

Siaka DIAMOUTENE

Source: maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *