Lutte contre l’esclavage au Mali : TEMEDT rappelle la nécessité d’une loi

Lutte contre l’esclavage au Mali : TEMEDT rappelle la nécessité d’une loi

Les membres de l’association TEMEDT étaient le jeudi 19 octobre 2023 face  à la presse  pour faire le bilan de la mise en œuvre de son  projet intitulé : “Défier l’esclavage, la discrimination sur le travail et l’ascendance”.  A l’occasion,  les membres de l’association ont rappelé la nécessité de doter notre pays d’une loi répressive contre la pratique.

 Le Projet Voice/Oxfam en partenariat avec TEMEDT intitulé “Défier l’esclavage, la discrimination sur le travail et l’ascendance”  tend vers sa fin. Aussi, dans le cadre de l’animation de ses ateliers de sensibilisation et d’échange   sur l’état de l’esclavage au Mali à l’intention des   journalistes et blogueurs afin de faire de ces derniers des alliés pour l’abolition de l’esclavage sous nos cieux,  l’association  TEMEDT, a animé ce jour une conférence de presse pour faire l’état de lieu du bilan dudit projet et solliciter une nouvelle fois l’ implication et l’ accompagnement des médias dans la lutte contre l’esclavage et ses ascendances au Mali.

Une conférence animée par le  coordinateur national  du projet Voice, Abdoulaye Macko , le président d’honneur, Ibrahim Ag Albanat, la Vice-présidente , Mme Raïchatou Wallet Altanata , le Secretaire général M.  Soumaguel.

Les membres de TEMEDT  se sont montrés  assez satisfaits  des résultats obtenus à cette phase de mise en œuvre du projet. Pour cause,  le projet  présente à ce stade des  acquis  qu’ils souhaiteraient renforcer, consolider pour parvenir à l’abolition totale de la pratique partout au Mali. En effet, il a à son actif des résultats à saluer parmi lesquels on peut citer : la  démystification du phénomène, les langues des victimes  qui se sont déliées pour dénoncer leurs bourreaux et réclamer justice. Mais surtout l’engagement des autorités à combattre la pratique à ce titre on note que la nouvelle Constitution condamne clairement la pratique.  Une volonté politique qui peut être attribuée à l’actif des efforts de TEMEDT tout comme les reformes du Code pénal qui devraient également contenir des dispositifs  pour punir  clairement l’esclavage au Mali.

’agissant de la mise en œuvre du projet, le coordinateur national de TEMEDT, déclare des activités de sensibilisation, de plaidoyers, de communication menées par l’association dans le cadre du projet ainsi que la production d’un rapport faisant l’état de lieu de l’esclavage au Mali soumis aux Nations Unies.

Outre cela, il signale également l’accompagnement des victimes d’esclavage. Loin d’être exhaustive, TEMEDT a mené beaucoup d’activités pour abolir la pratique sous nos cieux, elle a rallié de nombreuses personnes dans sa lutte contre l’esclave comme c’est le cas avec les médias.

Toutefois pour consolider ces acquis, il urge pour elle, de doter le pays d’une loi réprimant l’esclavage. Egalement, elle souhaite plus d’implication des autorités pour organiser et faciliter le retour des victimes dans leur localité d’origine. En perspective, l’association entend poursuivre des actions de sensibilisation et de plaidoyer pour l’abolition de l’esclavage au Mali.

Source: maliweb net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *