Le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga : «C’est un vote historique»


Tout de blanc vêtu, le chef du gouvernement a voté hier à l’Institut Sacrè-cœur de Bacodjikoroni ACI en Commune V du District de Bamako. Dr Choguel Kokalla Maïga a été accueilli à son arrivée par le gouverneur du District, Abdoulaye Coulibaly.

Après l’accomplissement de son devoir civique, le Premier ministre a déclaré à la presse que c’est un «vote historique dont tout citoyen malien doit se sentir fier de participer en tant qu’un acteur du processus de changement.

Cela, pour la refondation à laquelle les Maliens sont en train de travailler avec le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, en tête». Le chef du gouvernement ajoutera : «Tout Malien doit se rappeler que le projet de nouvelle Constitution est une exigence majeure du peuple malien du 5 juin 2020 au 24 mai 2024». Dr Choguel Kokalla Maïga a aussi rappelé que le processus de préparation des Assises nationales de la refondation (ANR) est intervenu à la suite de la rectification qui a décidé de prendre en charge l’ensemble des revendications du peuple insurgé.

Lequel qui demandait une orientation claire et précise pour définir ensemble l’horizon pour le Mali d’avenir. Parmi ces exigences, en plus de l’amélioration de la sécurité, il y avait la tenue des ANR qui a enregistré la contribution de l’ensemble des forces vives de la Nation. Ce, pour exiger des changements profonds à l’avenir pour minimiser les risques de contestations des élections et d’instabilité du gouvernement.

«L’une de ces recommandations fortes demeure l’élaboration d’une nouvelle Constitution pour aboutir à la 4ème République faisait partie des doléances», a souligné le chef du gouvernement. Il ajoutera que les Maliens doivent se rendre compte qu’ils sont en train d’écrie aujourd’hui leur propre histoire. Pour Choguel Kokalla Maïga, ceux qui ne sont pas d’accord pour ce projet ont eu la liberté de se réunir, de manifester et d’expliquer, donc c’est un vote démocratique, une première dans notre histoire et nous devons tous en être fiers.

Le scrutin référendaire d’hier a enregistré une certaine affluence dans les centres de vote au niveau de la rive droite de Bamako. À l’institut Sacrè-cœur de Bacodjikoroni ACI, où le Premier ministre a accompli son devoir civique, certains électeurs, dont des personnes âgées, étaient déjà présentes dès 08h00 pour voter.

Ici, selon le coordinateur dudit centre, Siaka Koné, il y a 12.000 inscrits sur la liste électorale en raison de 500 par bureau de vote. Six personnes avaient déjà voté avant 08h30mn dans le bureau n°5. On notait également la présence effective des agents électoraux, cinq assesseurs de l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige) dont un président, d’un délégué de la Cour constitutionnelle.

Le centre de vote de l’école fondamentale de Torokorobougou compte 8 bureaux de vote. Tout se passait normalement aux environs de 10 heures. Les agents électoraux et les documents de vote étaient sur place. Selon le coordinateur, il n’y a pas eu d’incident majeur et les bureaux de vote ont été ouverts à 08h00.

Le petit couac, expliquera Aboubacrine Cissé, a été l’installation des centres de vote du quartier dans quatre écoles en l’insu des électeurs. «Les gens ne savaient pas cela, donc il faut les orienter vers les autres centres», a-t-il informé. Le président du bureau de vote n°3 dudit centre, Mohamed Maïga, a révélé que le premier électeur s’est acquitté de son devoir civique juste après 8 heures.

Au groupe scolaire Mamadou Goundo Simaga de Badalabougou, toujours en Commune V du District de Bamako, les citoyens étaient massivement présents aux environs de 11 heures et demie. 28 bureaux de vote en raison de 495 à 500 électeurs inscrits composaient ce centre du 1er cycle de ce groupe scolaire. Le coordinateur s’est réjoui du bon déroulement des opérations.

Mamadou S. Coulibaly a signalé qu’un seul président de bureau a été remplacé selon les règles de la loi électorale. Les délégués de l’Aige et de la Cour constitutionnelle assuraient leur travail. Dans le bureau n° 24, à notre passage, une quarantaine de citoyens avaient déjà voté, selon le président du bureau, Namory Diarra. Dans ce bureau, on compte 495 inscrits dont 205 femmes.

À l’école fondamentale de Sogoniko, on notait également l’affluence des électeurs dans la cour après 10 heures. Ici, 32 bureaux de vote ont été mis à la disposition des 15.841 électeurs. Le coordinateur a confirmé que les bureaux de vote ont été ouverts à 8 heures.

Mamadou Sidibé a témoigné la présence effective des assesseurs de l’Aige, des superviseurs de la Cour constitutionnelle et le passage des superviseurs de l’USAID. Selon le président du bureau de vote n° 11, il y a 495 inscrits dont 204 femmes. Déjà, une trentaine de personnes avaient accompli leur devoir civique avant 11 heures.

Les forces de maintien d’ordre étaient déployées dans les centres que nous avons visités. également, des agents de l’Aige aidaient les citoyens à localiser leur bureau de vote. Notre équipe de reportage n’a constaté aucun incident lors de son passage dans les centres de la rive droite.

Oumar DIAKITE


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *