Le ministre chargé des sports face à la presse sportive : “Pour l’intérêt du football, nous devons trouver les moyens pour être ensemble”

Le ministre chargé des sports face à la presse sportive : “Pour l’intérêt du football, nous devons trouver les moyens pour être ensemble”

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Abdoul Kassim Ibrahim Fomba, était face à la presse sportive le mardi 5 septembre dernier pour une rencontre d’échange sur les chantiers qu’il compte mener pour la promotion et le développement des disciplines sportives au Mali. Au cours de cette rencontre, il a précisé que si nous sommes tous là pour l’intérêt du football, nous devons trouver les moyens pour être ensemble.

Pour la circonstance, Abdoul Kassim Ibrahim Fomba était accompagné par Oumar Baba Traoré, président de l’Association des journalistes sportives du Mali (AJSM), ainsi que plusieurs membres de son cabinet.

Cette première rencontre avec la presse sportive a été une occasion, pour le patron du département de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, de parler de ses ambitions pour la promotion et le développement des activités sportives au Mali.

Abdoul Kassim Ibrahim Fomba a entamé ses propos en rappelant aux hommes de médias les trois axes prioritaires de son département à savoir : “la jeunesse et la citoyenneté”, “le village des opportunités” et le “sport citoyen”. “L’objectif de ces axes prioritaires est de trouver une réponse réelle aux difficultés auxquelles le département de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne est confronté aujourd’hui”, a-t-il expliqué.

En plus de cela, il a donné des éclaircissements sur les raisons qui l’ont poussé à écrire à la Fifa afin de veiller au bon déroulement du processus électoral de la Fédération malienne de football. “Lors du processus électoral pour la présidence de la Fédération malienne de football, le camp de Salaha Baby est venu me voir pour me dire que le processus en cours est entaché d’irrégularité. Je lui ai conseillé d’épuiser les voies de recours prévues par les textes de la Fédération malienne de football. En plus de cela, je l’ai informé que ce que je peux faire, c’est d’attirer l’attention de la Fifa afin qu’elle puisse veiller au bon déroulement du processus électoral en envoyant une délégation pour superviser l’élection. Sinon, s’il y a des problèmes, nous serons obligés d’agir pour l’intérêt du pays. La Fifa m’a répondu qu’elle va envoyer une délégation, mais qu’également la Caf va envoyer une délégation. Il est important de préciser que la Fifa voulait lier l’arrestation de Mamoutou Touré dit Bavieux au processus électoral qui était en cours. A ce stade, j’ai dit aux responsables de la Fifa que cette arrestation du président de la Fédération malienne de football n’a aucun lien avec le processus électoral. J’ai également dit aux responsables de la Fifa qu’autant que je dois respecter les textes de la Fifa, il faut aussi que la Fifa respecte les lois de notre pays. Aujourd’hui, c’est la justice malienne que s’occupe du cas de Mamoutou Touré dit Bavieux”, a-t-il développé.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne a indiqué que son souhait le plus cher était de rapprocher les deux camps avant d’aller à l’élection d’un nouveau bureau. “Personnellement, je ne voulais pas que nous puissions aller aux élections avec des camps divisés. J’ai pris l’initiative de contacter les différents acteurs du football malien. J’ai dit qu’il ne faut pas que nous partions aux élections avec cette division. Mon souhait, c’était de trouver un moyen d’avoir une seule équipe dirigeante pour la Fémafoot afin de montrer au monde entier que nous avons la possibilité de régler nos propres problèmes. C’est dans cette dynamique que j’ai convoqué des réunions. L’objectif de la dernière réunion que nous avons organisée était de mettre en place un groupe unique, mais pas autour de quelqu’un. A la fin de nos discussions, il était convenu que des propositions viennent des deux camps. Malheureusement, les propositions ne sont arrivées que le matin du 29 août dernier, le jour de l’Assemblée générale extraordinaire de la Fémafoot. J’ai immédiatement transféré aux différentes parties et je n’ai pas trouvé de réponse”, a-t-il laissé entendre.

“Aujourd’hui, l’élection pour la présidence de la Fémafoot est terminée, mais je dis aux différents camps de trouver les moyens de s’entendre. Nous sommes là pour le football, pas pour un individu ou pour un groupe d’individus. Nous sommes là pour l’intérêt du football. Si, nous sommes tous là pour l’intérêt du football, nous devons trouver les moyens pour être ensemble. Au cours de l’élection du nouveau bureau de la Fémafoot, si quelqu’un avait violé les textes, vous allez voir immédiatement la réaction du département”, a-t-il souligné, avant d’inviter les responsables des fédérations sportives nationales au respect des textes.                                                                              

 Mahamadou Traoré


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *