La diaspora contemporaine


touché par de grosses faiblesses institutionnelles). Cependant, l’enjeu de gouvernance est central, la place que l’État décide de prendre dans le projet de développement reste prépondérante. Des pays africains comme le Rwanda ou le Botswana sont des exemples de bonne gouvernance en Afrique mais ce phénomène est loin d’être généralisé sur tout le continent. Or, il revient aux pouvoirs publics de s’imposer en disposant d’un environnement favorable et en mettant en place des mesures incitatives pour encourager les travailleurs les plus qualifiés à revenir mettre leurs compétences et savoir-faire au profit du développement de leur État d’origine. En d’autres termes, les facteurs politiques, sociaux et autres facteurs contextuels jouent un rôle important, non seulement dans la décision de retourner dans le pays d’origine, mais aussi dans la décision d’investir dans ce pays. Jacques Gaillard et Anne Marie Gaillard montrent que la perception du phénomène de fuite de cerveaux a évolué dès lors que l’on a pris conscience que les expatriés formaient, au moins potentiellement, des diasporas scientifiques et techniques susceptibles d’être mobilisées au profit de leur pays d’origine[67]. Ils expliquent que la constitution de telles diasporas œuvrant dans l’intérêt de leur pays d’origine passe par un certain nombre de conditions telles que le sort réservé par chaque pays à cette élite intellectuelle et que toutes ces conditions nécessitent à la fois une volonté politique et une capacité administrative loin d‘être remplies par l’ensemble des pays en développement, notamment en Afrique : « le retour, nous l’avons vu, est une politique qui ne se réalise efficacement que dans des pays dont le développement de l’économie et du système national de recherche présente suffisamment de similitudes avec ceux des pays de résidence des expatriés pour que cela constitue une incitation suffisante à la réalisation du retour ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *