L’incroyable rétrécissement de l’OTAN


J’attends que le brouhaha se calme depuis la conférence de l’OTAN à Vilnius, en Lituanie, les 11 et 12 juillet 2023, attendant que quelqu’un – n’importe qui – mette en évidence la raison évidente pour laquelle le président Zelensky, mascotte de l’Ukraine, après avoir été adulé il y a seulement un an, est soudainement tombé en disgrâce auprès de cette organisation.

Oui, l’Ukraine pourrait encore un jour être invitée à entamer le long et ardu processus d’adhésion à l’OTAN, mais seulement après qu’un nombre indéfini de membres de l’OTAN auront décidé qu’elle a fait suffisamment d’efforts pour se conformer aux « normes de l’OTAN » (j’expliquerai ce que sont ces normes plus tard) et à diverses autres choses floues. Sachant que le 20 septembre 2018, le parlement ukrainien a approuvé des amendements à la constitution qui feraient de l’adhésion du pays à l’OTAN et à l’UE un objectif central et le principal objectif de la politique étrangère, une telle tournure des événements est des plus embarrassantes pour le président mascotte et ses soutiens et manipulateurs.

Oh, les vicissitudes de la fortune ! Beaucoup d’analyses et de commentateurs ont proposé des explications toutes faites à ce retournement de situation. Pourtant, aucun d’entre eux n’a jugé bon de creuser un tout petit peu et de découvrir la raison flagrante de ce changement capital. Peut-être tous, pour diverses raisons, ont-ils répugné à admettre la réalité de ce qu’est l’OTAN, de ce qu’elle fait et de la raison pour laquelle l’Ukraine constitue soudain une menace plutôt qu’un atout pour sa mission principale. Vous pouvez lire tout ce commentaire à tête reposée – si vous avez du mal à vous endormir. Le communiqué officiel du sommet de l’OTAN, fantastiquement verbeux et rempli d’éléments sans intérêt, est particulièrement soporifique.

Alors, qu’a fait l’Ukraine pour tomber dans une telle disgrâce ? Peut-être a-t-elle fait quelque chose qui a mis en péril la mission principale de l’OTAN ? Cela semble être une bonne hypothèse. Mais alors, quelle est la mission principale de l’OTAN ?

Dans le film Le silence des agneaux, Hannibal Lecter fait référence à une citation de Marc Aurèle lorsqu’il dit à Clarice Starling : « Premiers principes, Clarice. Simplicité. Lisez Marc Aurèle. Pour chaque chose particulière, demandez-vous : qu’est-ce que c’est en soi ? Quelle est sa nature ? » Cette citation est tirée du troisième livre des Méditations de Marc Aurèle et souligne l’importance de comprendre l’essence des choses.

L’OTAN a été créée le 4 avril 1949 avec la signature du traité de l’Atlantique Nord, plus connu sous le nom de traité de Washington, dans le but supposé de contrecarrer l’Union soviétique en Europe. L’URSS a réagi en créant l’Organisation du traité de Varsovie (également connue sous le nom de Pacte de Varsovie), une alliance politique et militaire établie le 14 mai 1955 entre l’Union soviétique et plusieurs pays d’Europe de l’Est dans le but de les défendre contre l’OTAN. Le Pacte de Varsovie a été dissous le 1er juillet 1991 et, peu après, le 26 décembre 1991, l’URSS elle-même a fait de même, mais l’OTAN continue d’exister. À ce stade, le Pacte de Varsovie existait depuis un peu moins longtemps que l’OTAN, et l’URSS depuis un peu plus longtemps encore. Il est clair que la menace communiste comme justification de l’existence de l’OTAN n’était qu’une ruse, un écran de fumée, un leurre.

Quel était donc le véritable objectif de l’OTAN ? Il existe de nombreuses façons de répondre à cette question, mais la soudaine déchéance de l’Ukraine offre ce qui est peut-être l’explication la plus explicite.

• Était-ce parce que la guerre s’éternisait dans ce pays ? Non, une combustion lente serait exactement ce que le Pentagone a ordonné, afin d’avoir une chance de suivre le rythme effréné des livraisons d’armes et de munitions de la Russie.

• L’Ukraine était-elle en train de perdre la guerre ? Non, l’Ukraine ne perdait pas, elle ne gagnait pas. En particulier, ses attaques contre les lignes de défense russes, que les troupes russes appelaient « attaques de viande » en raison des pertes énormes et inutiles qu’elles entraînaient du côté ukrainien, semblaient plutôt futiles.

• L’Ukraine était-elle sur le point d’être vaincue ? Là encore, non, les Russes étaient heureux d’avancer de quelques kilomètres ici et là, leur principal objectif étant d’établir une zone tampon suffisamment large pour que l’artillerie ukrainienne cesse de bombarder ce qui est aujourd’hui des quartiers civils russes.

• Est-ce parce que l’OTAN n’avait plus d’armes et de munitions à donner aux Ukrainiens ? Là encore, non, il existe encore un grand nombre d’armes semi-obsolètes qui pourraient être remises aux Ukrainiens.

Alors, qu’ont fait les Ukrainiens pour soulever si soudainement l’ire du Pentagone et, en conséquence directe, tomber en disgrâce auprès de l’OTAN ? En bref, les Ukrainiens ont démontré que les armes de l’OTAN sont de la merde. Les preuves se sont accumulées lentement au fil du temps. Tout d’abord, il s’est avéré que les différents éléments de la camelote étasunienne tirée à l’épaule – Stingers antiaériens, Javelins antichars, etc. – sont plus qu’inutiles dans les combats modernes. Ensuite, il s’est avéré que l’obusier M777 et le complexe de roquettes HIMARS sont plutôt fragiles et ne peuvent pas être entretenus sur le terrain.

La batterie de missiles Patriot a été l’arme miracle suivante utilisée pour résoudre le problème ukrainien. Elle a été déployée près de Kiev et les Russes s’en sont rapidement moqués. Ils l’ont attaquée avec leurs drones super économiques Geranium 5 « flying moped » (mobylette volante), l’ont amenée à allumer son radar actif, démasquant ainsi sa position, puis à tirer toute sa charge de roquettes – d’une valeur d’un million de dollars ! – après quoi il est resté là, sans masque et sans défense, et a été abattu par un seul tir de roquette de précision russe.

Cela n’a pas manqué d’énerver sérieusement le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, dont la principale vache à lait personnelle est Raytheon, le fabricant du Patriot. Oui, le Patriot s’est avéré inutile lors de la première guerre du Golfe, où il n’a pas protégé Israël contre d’anciens missiles Scud irakiens ; et il s’est avéré inutile plus tard lorsqu’il n’a pas protégé les installations pétrolières saoudiennes contre d’anciens missiles Scud yéménites. Mais vous n’êtes pas censé faire de la publicité à ce sujet. Et maintenant, ceci !

Et pour couronner le tout, les chars Leopard 2 donnés par l’Allemagne et les véhicules d’infanterie Bradley donnés par les États-Unis, sans parler des stupides chars à roues français, ont donné des résultats absolument misérables lors des récents efforts ukrainiens pour s’approcher de la première ligne de défense de la Russie, sans parler de la pénétrer. Pour remuer le couteau dans la plaie, Poutine a fait remarquer que les blindés occidentaux brûlaient plus facilement que les vieux blindés soviétiques.

Le dernier geste désespéré consisterait à donner à l’armée de l’air ukrainienne (qui, soit dit en passant, n’existe plus) quelques vieux avions de chasse F-16. Ceux-ci peuvent avoir jusqu’à 50 ans et ont la particularité d’avoir une entrée d’air très proche du sol, ce qui les rend très efficaces en tant qu’aspirateurs de piste au décollage. Ils ne peuvent pas décoller des pistes sales et défoncées typiques de l’Ukraine, car les débris seraient aspirés dans le moteur et le détruiraient. Si les Ukrainiens tentent de paver de nouvelles pistes pour eux, les Russes s’en apercevront immédiatement grâce au satellite géosynchrone qui est pointé en permanence sur le territoire ukrainien. Plutôt que de créer de nouveaux cratères de bombes sur ces nouvelles pistes, ils pourraient faire quelque chose de plus subtil : utiliser l’un de leurs Geranium 2 super bon marché pour répandre des copeaux de métal que les moteurs des F-16 pourraient aspirer… et brûler en vol. Et comme il s’agit d’avions monomoteurs, il n’est pas possible de rentrer à la maison en boitant avec le moteur restant : le pilote devrait se catapulter et l’avion s’écraserait. Mais il y a une raison encore plus importante pour laquelle l’idée de donner des F-16 à l’Ukraine est irréalisable : ces avions sont capables de transporter des bombes nucléaires et la Russie a déjà annoncé qu’elle considérerait cette mesure comme une escalade nucléaire. Or, il est interdit de provoquer un conflit nucléaire avec la Russie ; les F-16 sont donc exclus.

Pourquoi l’échec de l’armement occidental, qui fait l’objet d’une propagande incessante, est-il plus important que n’importe quoi d’autre, y compris l’état de plus en plus désastreux des finances occidentales, l’échec ridicule des sanctions anti-russes, le nombre scandaleusement élevé de victimes ukrainiennes ou la lassitude générale de l’Occident à l’égard de tout ce qui est ukrainien, et en particulier du flot de réfugiés ukrainiens auquel l’Occident ne peut plus faire face ?

La raison en est simple : l’OTAN n’est pas une organisation défensive (n’oubliez pas que l’URSS a disparu depuis plus de 30 ans), ni une organisation offensive (certes, elle a bombardé la Serbie et quelques autres pays relativement sans défense, mais elle ne peut en aucun cas envisager d’affronter la Russie ou tout autre pays bien armé).

L’OTAN est plutôt un club d’acheteurs captifs d’armes fabriquées aux États-Unis. C’est la raison d’être des normes de l’OTAN, auxquelles l’Ukraine doit se conformer avant d’être jugée digne d’être invitée à rejoindre l’OTAN : pour se conformer à ces normes, vos armes doivent être principalement fabriquées aux États-Unis. C’est également la raison de toutes les guerres de choix, de la Serbie à l’Irak en passant par l’Afghanistan, la Libye et la Syrie : il s’agissait de projets de démonstration pour les armes étasuniennes, avec l’objectif supplémentaire d’épuiser les armes et les munitions afin que le Pentagone et le reste de l’OTAN soient obligés de les réorganiser. Les justifications géopolitiques de ces conflits militaires ne sont que des rationalisations. Par exemple, entre 1964 et 1973, les États-Unis ont largué plus de 2,5 millions de tonnes de bombes sur le Laos au cours de 580 000 sorties de bombardement, soit un avion chargé de bombes toutes les huit minutes, 24 heures sur 24, pendant neuf ans. Quelle était la logique géopolitique ? Personne ne se souvient même s’il y en a eu une. Mais ces bombes étaient sur le point d’expirer et devaient être utilisées et commandées à nouveau pour que l’argent continue de couler.

En réponse à ces étranges incitations, les armes fabriquées aux États-Unis ont tendance à être excessivement complexes (pour que leurs fabricants puissent faire payer plus cher les fonctions supplémentaires inutiles) et plutôt fragiles (elles n’ont jamais été testées contre un adversaire de taille comparable comme la Russie ou la Chine, ni même contre l’Iran), développées lentement (pour faire le ménage dans les fonds de R&D), construites lentement (parce que pourquoi se presser ?) et nécessitant beaucoup d’entretien (pour que les entreprises de défense étasuniennes puissent s’enrichir encore plus en fournissant des pièces de rechange et des services). Ces armes étaient censées être testées de temps à autre en faisant la nique à des tribus arriérées armées de vieilles kalachnikovs et de RPG.

L’Ukraine est une toute autre histoire. Là, on demande aux Ukrainiens, avec leurs armures occidentales dépareillées, de pénétrer trois lignes de défenses russes renforcées. Après environ un mois d’efforts et des pertes considérables en hommes et en matériel, ils n’ont pas encore réussi à atteindre la première ligne de défense. La vue de blindés occidentaux en flammes ne fait pas une bonne publicité. Par conséquent, les entreprises de défense étasuniennes doivent être très désireuses d’arrêter ce flux constant de publicité négative pour leurs produits à la seconde même – avant que leur réputation ne soit complètement ruinée ; d’où la hâte inconvenante avec laquelle l’ensemble du projet ukrainien est en train de devenir orphelin.

L’alternative à la guerre active, maintenant qu’elle a échoué, est ce que l’on appelle généralement en Occident la « négociation », mais qui impliquerait en réalité d’accéder aux demandes russes formulées en novembre 2021 (qui incluent le retrait des armes de l’OTAN jusqu’au niveau où elles se trouvaient en 1997), ainsi qu’à des exigences plus récentes, telles que la dénazification, la démilitarisation et la neutralité de ce qui reste de l’Ukraine, la reconnaissance des nouvelles frontières de la Russie (qui incluent la Crimée, les régions de Kherson, Zaporijia, Donetsk et Lougansk) et la poursuite de tous les criminels de guerre ukrainiens, y compris tous ceux qui torturent les prisonniers de guerre et bombardent les civils depuis 2014. Oh, et la levée de toutes les sanctions insipides serait également nécessaire.

Mais cela fait beaucoup à assimiler en une seule fois, et c’est pourquoi l’OTAN a décidé de prendre beaucoup de bouchées. Le document officiel de l’OTAN, dont le lien figure ci-dessus, est extrêmement verbeux et plein de fioritures, mais une lecture attentive de son bureaucratisme turgescent révélera un certain nombre de concessions, ou du moins d’allusions à des concessions :

• « Nous serons en mesure d’inviter l’Ukraine à adhérer à l’Alliance lorsque les Alliés seront d’accord et que les conditions seront remplies ». Pour reprendre une expression russe vernaculaire, cela se produira « lorsqu’une écrevisse sifflera sur une montagne », c’est-à-dire jamais. En d’autres termes, l’Ukraine ne fera jamais partie de l’OTAN.

• « Les circonstances dans lesquelles l’OTAN pourrait être amenée à utiliser des armes nucléaires sont extrêmement rares ». Traduction : Nous nous retirons ! Ne nous tuez pas, s’il vous plaît ! Apparemment, les dirigeants de l’OTAN ont été informés des capacités des nouvelles armes stratégiques russes, tant offensives que défensives, et ne veulent même pas envisager une quelconque confrontation militaire directe avec la Russie.

• « Nous demandons instamment à tous les pays de ne fournir aucune forme d’assistance à l’agression de la Russie… » Traduction : nous souhaitons qu’ils arrêtent, bien que nous l’ayons déjà demandé suffisamment de fois et qu’ils n’aient pas écouté, et nous n’avons donc pas beaucoup d’espoir qu’ils écoutent maintenant.

• « L’approfondissement du partenariat stratégique entre la République populaire de Chine et la Russie et leurs tentatives, qui se renforcent mutuellement, de saper l’ordre international fondé sur des règles vont à l’encontre de nos valeurs et de nos intérêts ». Mais l’approfondissement du partenariat stratégique est tout à fait conforme aux valeurs et aux intérêts de la Russie et de la Chine, qui n’ont pas l’intention de demander la permission à qui que ce soit. Il est un peu pathétique de parler de « l’ordre international fondé sur des règles », même s’il n’existe plus, mais que leur reste-t-il d’autre à faire ? Bouhhhh !

• « Le renforcement de l’intégration militaire de la Russie avec la Biélorussie, avec notamment le déploiement de capacités militaires russes avancées et de personnel militaire en Biélorussie, a des implications pour la stabilité régionale et la défense de l’Alliance ». Eh bien, c’est exactement ce que cette intégration militaire a été conçue pour accomplir et c’est une bonne chose qu’ils l’aient remarqué. L’implication est que l’OTAN ne se frottera plus jamais à la Biélorussie.

• « Nous restons disposés à maintenir des canaux de communication ouverts avec Moscou afin de gérer et d’atténuer les risques, de prévenir l’escalade et d’accroître la transparence ». Voilà une bonne nouvelle ! Téléphonez au Kremlin si vous voulez entendre une récitation des exigences de la Russie en matière de sécurité, pour vous rafraîchir la mémoire.

• « Les ambitions déclarées et les politiques coercitives de la République populaire de Chine remettent en cause nos intérêts, notre sécurité et nos valeurs ». Or, les intérêts et les valeurs de l’OTAN remettent en cause la sécurité de la République populaire de Chine, de sorte que nous nous trouvons dans une impasse. Par ailleurs, la Russie vient d’adopter une loi interdisant toutes les opérations de changement de sexe ; en quoi cela est-il conforme aux « valeurs occidentales » ? Allez, secouez vos petits poings de rage impuissante !

• « L’OTAN ne cherche pas la confrontation et ne constitue pas une menace pour la Russie. À la lumière de ses politiques et de ses actions hostiles, nous ne pouvons pas considérer la Russie comme notre partenaire ». Et à la lumière des politiques et actions hostiles de l’OTAN, la Russie considère les pays de l’OTAN comme des nations hostiles (et certainement pas comme des partenaires). En quoi le fait de donner des armes aux nazis ukrainiens ne constitue-t-il pas une menace pour la Russie ?

• « Nous réitérons notre détermination claire à ce que l’Iran ne développe jamais d’arme nucléaire. Nous restons profondément préoccupés par l’escalade du programme nucléaire iranien ». L’Iran est donc le seul pays contre lequel la vieille OTAN édentée trouve encore le courage d’aboyer. Cela semble sans danger, puisque l’Iran ne les entend même plus.

Voilà où en est la situation. L’Europe regarde avec horreur les États-Unis, qui sont toujours son fournisseur d’armes et son garant de sécurité, mais qui sont dirigés par un vieillard sénile à peine fonctionnel dont les accès de colère font fuir les membres de son cabinet du bureau ovale, et dont la seule remplaçante possible – l’imbécile et caquetante Kamala Harris – ne ferait guère mieux. Certains des dirigeants européens les plus lucides commencent peut-être à comprendre qu’il faut trouver un moyen de sortir du cul-de-sac russophobe qu’ils ont eux-mêmes créé et dans lequel ils se trouvent actuellement, mais ils ne voient aucun moyen d’y parvenir sans perdre massivement la face. Donnons-leur encore un an et nous verrons si, d’ici là, ils ont encore une tête à sauver.

Dmitry Orlov

source : Club Orlov

traduction Réseau International

Source:https://reseauinternational.net/lincroyable-retrecissement-de-lotan/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *