France : Marine Le Pen salue le rôle de la Türkiye dans les discussions entre Kiev et Moscou


 

France : Marine Le Pen salue le rôle de la Türkiye dans les discussions entre Kiev et Moscou

– Et déplore ce qu’elle qualifie de manque d’initiative de la part de la France sur ce sujet.

La présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen, a salué le rôle de la Türkiye dans les discussions entre Kiev et Moscou, dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Interrogée par Franceinfo sur la situation humanitaire dans le pays en proie à la guerre, la candidate malheureuse du RN à l’élection présidentielle de 2022 a estimé qu’”il y a en Ukraine, aujourd’hui, un véritable massacre”.

“Pour mettre fin à cette boucherie qui met en cause des humains, et peut-être même une génération entière, il faut, à tout prix, rapidement, que la France reprenne l’initiative et propose peut-être que cette grande conférence pour la paix se déroule en France”, a-t-elle déclaré.

“Parce qu’il semblerait qu’aujourd’hui la Turquie… et tant mieux, tous les pays qui participent à la volonté à obtenir un terrain de négociations vont dans le bon sens, mais c’est dommage que la France ne soit pas au premier rang de cela.”, a ajouté Marine Le Pen, marquant un temps de pause après avoir cité le nom de la Türkiye.

Pour rappel, la France avait salué, le mois dernier, les efforts de la Türkiye pour la prorogation de l’accord céréalier de la mer Noire et appelé la Russie à prolonger cette initiative.

Par voie d’un communiqué, la Diplomatie française avait tenu à souligner que la guerre en Ukraine “a provoqué une aggravation de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition mondiales en bloquant les exportations alimentaires ukrainiennes”, le Quai d’Orsay exhortant Moscou “à cesser son chantage à la sécurité alimentaire mondiale”.

Le ministère français des Affaires étrangères avait rappelé que l’Initiative céréalière de la mer Noire, lancée par le Président turc Recep Tayyip Erdogan et le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a permis d’acheminer près d’un millier de navires contenant 32 millions de tonnes de céréales entre mars 2022 et avril 2023 hors d’Ukraine, notamment à des pays en proie à des risques d’insécurité alimentaire, par exemple en Afrique et au Moyen-Orient.

Le Quai d’Orsay avait exprimé la détermination de la France “à intensifier son action pour réduire les risques d’insécurité alimentaire pesant sur les populations les plus vulnérables à travers le monde”, notamment à travers l’exploitation des “corridors de solidarité de l’Union européenne”.

La ville d’Istanbul a accueilli, les 10 et 11 mai, des pourparlers bilatéraux et multilatéraux entre la Türkiye, la Russie, l’Ukraine et l’Organisation des Nations unies, visant à la prorogation de l’accord céréalier de la mer Noire, qui devait expirer le 18 mai.

Suite à cette réunion à Istanbul, la Présidence russe a confirmé, le 18 mai, la prolongation pour deux mois de l’accord céréalier de la mer Noire, après que les pourparlers avec la Türkiye, l’Ukraine et l’ONU avaient été fructueux.

L’accord céréalier avait été signé par la Russie et ces parties en juillet 2022, et avait permis le redémarrage des exportations de céréales à partir de trois ports ukrainiens de la mer Noire, après que celles-ci avaient été interrompues, suite au déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février 2022.

Source: https://www.aa.com.tr/fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *