Fin du pèlerinage 2023 : Le temps du retour au pays


Après environ vingt-quatre (24) jours d’intenses activités liées au Hadj en ce qui les concerne, c’est le retour au pays, ce 4 juillet 2023, pour les pèlerins du premier contingent de la filière gouvernementale.

Comme lors de leur arrivée à Médine le 10 juin courant, les pèlerins du 1er vol rentrent à Bamako ce mardi sous la conduite du Délégué général adjoint au Hadj, M. Mahamane Adamou, directeur général adjoint de la Maison du Hadj.

Oubliant la fatigue et les difficultés rencontrées, inhérentes d’ailleurs au pèlerinage, ces nouveaux hadji et hadja regagnent leurs domiciles avec le sentiment du devoir accompli.

Grâce au savoir-faire de la Délégation générale malienne au pèlerinage, ils ont en effet convenablement accompli tous les rites du Hadj.

Toute chose qui laisse croire que leur pèlerinage est agréé par Le Tout-Puissant Allah. Selon une prescription divine, la rétribution du pèlerinage accepté n’est autre que le Paradis céleste.

« Globalement, les choses se sont bien passées. Je note simplement qu’il y a eu souvent du surbooking au niveau de l’hébergement et du transport, c’est-à-dire que le nombre de pèlerins a souvent dépassé le nombre de places. Sinon, vraiment Dieu merci, les choses se sont bien passées », témoigne un pèlerin qui a requis l’anonymat.

Bintou Traoré, fille de Cheikh Ousmane Salih Traoré, président de la sous-commission religieuse, assure également que le pèlerinage s’est bien passé dans l’ensemble.

« Je suis très satisfaite du travail de la Délégation générale au Hadj (DGH) qui a fait beaucoup d’efforts. Le pèlerinage est toujours une épreuve difficile malgré les améliorations visibles par rapport aux années passées. Mes attentes sont comblées ».

Souleymane Fofana et Abdoul Wahab Sidibé, étudiants maliens, respectivement à Médine et à Taif, avouent n’avoir vu aucun défaut majeur dans le déroulement du Hadj côté malien.

Cependant, ils suggèrent à la Délégation générale au Hadj (DGH) d’intégrer davantage les étudiants dans tout le processus d’encadrement jusqu’à la pesée des bagages.

« La plupart des encadreurs venus du Mali sont nos maîtres, nos devanciers, mais nous connaissons mieux Makkah aujourd’hui. La preuve en est que quand les gens s’égarent, c’est à nous de les retrouver. Dieu merci, tous les cas ont été retrouvés. Toutefois, je félicite la Délégation générale au Hadj pour le travail abattu », souligne M. Sidibé.

Issa

Dembélé, un étudiant malien en master à Abha, rappelle pour sa part qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite.

Tout en confirmant que le Délégué général au Hadj a bien mouillé le maillot, il propose que les étudiants sur place soient exploités à fond pour minimiser les ratés.

« Sincèrement, je pense que les pèlerins maliens devraient se satisfaire d’avoir fait un très bon Hadj ».

Mercredi, jeudi et vendredi, d’autres pèlerins vont regagner leurs pénates bamakoises. Le 7e et dernier vol est programmé pour le dimanche 9 juillet 2023 par la Volonté du Tout Miséricordieux.

Notons que la Délégation générale au Hadj-2023 a encadré 2100 pèlerins. C’est dire que les paramètres du défi étaient réellement nombreux.

CC/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *