FAO : La lutte contre le travail des enfants au Mali au cœur des préoccupations


FAO : La lutte contre le travail des enfants au Mali au cœur des préoccupations

Le Secrétaire, général du ministère du développement rural, M. Daniel KELEMA a pris part ce jeudi 17 novembre 2022 à l’ouverture de la session des travaux sur le dialogue national sur l’élimination du travail des enfants dans les filières cotonnières et l’Agriculture du Mali en présence des partenaires techniques financiers notamment Union européenne, OIT, CLEAR COTTON.

Malgré les résultats, les défis sont à relever pour éliminer le travail des enfants en milieu agricole. Pour la réussite de cet objectif, l’appui des partenaires techniques et financiers est sollicité.

Pour sa part, le secrétaire général du ministère du développement rural, le travail des enfants est un problème préoccupant à double titre, en raison du nombre des enfants concernés qui demeure et très élevé surtout en raison des conséquences négatives que le travail prématuré sur le développement personnel des enfants, le développement économique et social du pays. Aux dires du Segal, dans le monde, 70 % des enfants âgés de 5 à 17 ans sont dans l’agriculture. A l’en croire, ils présentent plus de 98 millions de filles et de garçons. Selon des études entreprises, environ deux décennies sur la problématique du travail des enfants au Mali, les principales caractéristiques du travail des enfants au Mali, indiquent comme 81,4 % des enfants dans les zones rurales et 65,2 % travaillent dans le secteur Agricole.

Dans le cadre du projet CLEAR Cotton 2018 – 222, cofinancé par l’Union européenne (UE) et organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le projet contribue aux efforts de lutte contre le travail des enfants en mettant l’accent sur la chaîne de valeur du coton, le textile étant l’habillement dans les pays producteurs. Ladite Feuille de Route a été évaluée et actualisée en juin 2015 et complétée en février 2017 avec l’appui de deux partenaires. Il a rappelé que la production de coton demande une importante main-d’œuvre d’où la nécessité de mettre en œuvre des activités et des mécanismes qui éloignent définitivement les enfants de ces activités.

Source: Malijet


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *