Établissements secondaires privés de l’Enseignement secondaire général, Professionnel et Technique: Plusieurs promoteurs sont des fonctionnaires du ministère de l’Education nationale

Établissements secondaires privés de l’Enseignement secondaire général, Professionnel et Technique: Plusieurs promoteurs sont des fonctionnaires du ministère de l’Education nationale

Dans le cadre de son contrôle sur la gestion des subventions versées aux Établissements secondaires privés de l’Enseignement secondaire général, Professionnel et Technique sur la période 2017-2018 à 2020-2021, le dernier rapport publié la semaine dernière par l’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI) révèle que, plus de 1000 écoles fonctionnent avec de faux arrêtés et signale que chaque année, l’État verse, en moyenne aux écoles privées, la somme de 49 milliards 600 millions de FCFA.

Un montant qui pourrait permettre à l’Etat de construire, d’équiper et faire fonctionner annuellement 80 nouveaux lycées. L’OCLEI signale aussi que, plusieurs promoteurs de ces écoles sont des fonctionnaires du Ministère de l’Education Nationale.

en effet, l’oclei a reçu, en 2021, des dénonciations émanant d’associations et visant des personnes physiques pour des cas présumés d’enrichissement illicite dans le cadre de la gestion des fonds alloués par l’etat aux établissements privés.

c’est suite à cela que l’oclei vient de demander au Pôle investigations d’examiner le cadre juridique et les pratiques des subventions accordées par l’etat aux établissements privés d’enseignement secondaire, général, technique et professionnel sur l’ensemble du territoire national. les résultats de ses vérifications sont sans appel, car il ressort que, 1 077 écoles secondaires privées fonctionnent avec de présumés faux arrêtés. les subventions versées à 236 de ces établissements s’élèvent à 15,565 milliards de FcFa
de 2017-2018 à 2020-2021.« Plusieurs écoles ont pour promoteurs des fonctionnaires du Ministère de l’éducation nationale », dénonce le rapport en plus, indique l’oclei,durant cette période, l’état a versé la somme de 196,095 milliards de FcFa aux établissements secondaires privés de l’enseignement secondaire général, Professionnel et technique, soit en moyenne 49,023 milliards de FcFa.

« avec ce montant, l’état peut construire, équiper et faire fonctionner chaque année un nouveau contingent de quatrevingt (80) lycées publics, toutes charges comprises dont les
dépenses de personnel » aussi, selon le rapport, les paiements retracés par la direction générale du Budget dépassent de 26,288 milliards de FcFa ceux indiqués par la cellule de Planification et de Statistique (cPS). cette différence significative doit être expliquée par les services concernés.

toujours selon le rapport, le nombre d’établissements secondaires privés est passé 1 147 en 2016 à 2 421 en 2021, soit une augmentation de 111% en cinq (05) ans, tandis que le nombre d’établissements secondaires publics est de cent onze (111) sur l’ensemble du territoire national. Face à cette situation, l’office central de lutte contre l’enrichissement illicite (oclei) a formulé des recommandations à l’attention des autorités compétentes du Mali.

il s’agit de procéder au contrôle administratif systématique des actes de création et d’ouverture
des établissements privés de l’enseignement secondaire, général, technique et Professionnel sur l’ensemble du territoire, de veiller au respect strict des dispositions réglementaires en matière d’orientation et de réorientation des élèves dans les établissements privés et de procéder à la fermeture de tous les établissements privés ne remplissant pas rigoureusement les conditions
d’exercice.

l’oclei recommande enfin, de mettre en recouvrement les sommes indûment perçues par les établissements se prévalant d’arrêtés présumés faux et surtout, de traduire en justice les auteurs, coauteurs et complices de la production et de l’utilisation des arrêtés présumés faux.

abamako.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *