Environnement : un atelier de renforcement de capacité sur le changement climatique à l’intention des acteurs du secteur privé malien.

Environnement : un atelier de renforcement de capacité sur le changement climatique à l’intention des acteurs du secteur privé malien.

Ce vendredi 08 septembre 2023, le Centre International pour le Conseil et la Formation (CICF) en collaboration avec le Conseil National du Patronat du Mali (CNPM) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a organisé, dans la salle Moussa Mary Balla Coulibaly du CNPM, un Atelier de sensibilisation sur l’appropriation de la stratégie d’engagement pour lutter contre les changements climatiques à l’intention des acteurs du secteur privé.

Cet atelier vise à renforcer les capacités des acteurs du secteur privé afin qu’ils s’adaptent aux réalités climatiques changeantes et à contribuer à la préservation de l’environnement.
Dans son intervention lors de la cérémonie d’ouverture dudit atelier, M. Oumar Tamboura, représentant du PNUD, a indiqué l’engagement aux côtés du CNPM et des autorités maliennes pour la réalisation. Il entre aussi dans le cadre de l’initiative, promesse climat des nations unies qui consiste à accompagner plus de 150 pays à revoir en hausse leurs ambitions dans le monde pour la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat. Et selon lui, le secteur privé ne saurait être mise à côté si l’on ambitionne d’atteindre les objectifs visés.

M. Alassane Ba, DG de l’Agence de l’Environnement et de Développement Durable (AEDD), qui représentait son ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, a rappelé que le Mali a mis des cadres juridiques, politiques et institutionnels pour faire face aux différentes questions liées à l’environnement et au changement climatique. Il a cité entre autres la ratification des textes internationaux comme l’accord-cadre des nations unies sur le réchauffement climatique, l’accord de Paris ou encore la convention des nations unies pour lutter contre la désertification.

Quant à M. Mossadeck Bally, président du CNPM, il a fait savoir que nous ressentons déjà les conséquences du changement climatique à travers la désertification croissante et la variabilité des précipitations qui menacent déjà notre sécurité alimentaire. Et, selon lui, le secteur privé malien, qui est le pilier de l’économie nationale, doit jouer un rôle central dans la recherche des solutions tout en assurant qu’ils sont totalement engagés dans le domaine. Il a d’ailleurs évoqué la mise en place d’un groupe de flexions au niveau du CNPM pour réduire drastiquement la part du fossile dans la fourniture de l’énergie au Mali puisque nous disposons de soleil douze mois sur douze.

S. Guindo/Malijet.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *