Du rififi à la Cour Suprême : Le Secrétaire Général s’insurge contre le décret notifiant son remplacement


À la Cour Suprême, le Président et son Secrétaire Général ne sont plus en odeur de sainteté. Pour cause, une guéguerre née de la décision du premier de remplacer le second par un décret que ce dernier juge contraire à la loi. Et cette loi sur laquelle M. Aboubacar Guissé, l’actuel Secrétaire Général de la Cour Suprême, s’appuie pour justifier son refus de céder son poste, n’est autre que l’article 10 de la loi organique n° 03-033 du 07 octobre 2003 fixant l’organisation, la composition, les attributions et le fonctionnement du Conseil Supérieur de la Magistrature. Celle-ci dispose : » Les magistrats membres élus ne peuvent faire l’objet ni de mutation, ni de promotion pendant la durée de leur mandat sauf dans l’intérêt du service et après avis du Conseil Supérieur de la Magistrature. »

En estimant donc que cette disposition a été violée par le décret exigeant de lui une passation de service à celui appelé à le succéder, M. Guissé a, dans une lettre datant du 16 mai dernier et dont nous avons reçu copie, décidé de se maintenir dans son fauteuil pour dit-il, ne pas cautionner l’illégalité. Nous vous proposons ici l’intégralité de cette lettre.

viole :

– les articles 5, 8 et 17 de la loi n° 046/ du 23 septembre 2016 portant loi organique fixant l’organisation, les règles de fonctionnement de la Cour Suprême et la procédure suivie devant elle (relatifs au mandat et à la fin de mandat des membres de la Cour Suprême, ainsi que les limites du pouvoir discrétionnaire du Président de la Cour);

– et l’article 72 du statut de la magistrature relatif à la sanction de rétrogradation d’un magistrat. Je rappelle que la rétrogradation est le dernier palier de sanction qui est prononcée contre un magistrat avant sa révocation et qu’elle est toujours consécutive à une faute grave retenue contre lui par la formation disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Au vu de tout ce qui précède, en votre qualité de Président de la Cour Suprême, juridiction suprême sur terre avant celle du bon Dieu, garant de la régularité du Droit au Mali, vous auriez dû discrètement faire annuler un tel décret manifestement illégal pour sauver l’image même de l’institution. Mais au lieu d’avoir cette réaction légaliste, vous m’inviter à passer le service pour cautionner l’illégalité.

J’ai, par conséquent, le devoir, en réitérant mon serment de me comporter en tout comme un digne et loyal magistrat, de refuser de cautionner cette illégalité, de vous informer que je ne saurais me prêter à un simulacre de passation de service et de vous notifier que je me battrai pour que la légalité soit.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la Cour Suprême, cher aîné, l’expression de ma franche collaboration et de ma très haute considération.

Aboubacar Guissé

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *