Deuxième édition du ‘’Keneya expo’’ : Développer la production locale des produits pharmaceutiques en Afrique et au Mali

Deuxième édition du ‘’Keneya expo’’ : Développer la production locale des produits pharmaceutiques en Afrique et au Mali

Le jeudi 9 novembre, le Parc des Expositions de Bamako  a abrité la cérémonie d’ouverture de la 2ème édition  du Salon International de la Santé « Keneya Expo ». C’était sous la présidence du Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maiga.

Cette deuxième édition de ‘’Keneya Expo’’ a tenu toutes ses promesses. Les activités de démarrage ont réuni autour du Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga, des membres du Gouvernement, des acteurs de la santé, des étudiants et surtout des exposants des produits pharmaceutiques, notamment des invités venus d’Europe et d’Afrique. Et surtout la présence de l’Algérie comme pays invité d’honneur.

‘’Keneya Expo’’ en deux éditions se place comme un des grands salons d’expositions de notre pays. Ce salon est une initiative de l’interprofession  des ordres professionnels de la Santé : pharmaciens, médecins, para-pharmaciens, phytothérapeutes, acteurs de la recherche scientifique… Le thème choisi de cette deuxième édition de Keneya Expo est : « Industrialisation des produits pharmaceutiques en Afrique : défis et perspectives ».

Pour Ousmane Bacary Coulibaly, Président du Comité de pilotage de Keneya Expo, la pandémie de COVID-19  a causé avec acuité  la problématique de l’approvisionnement en produits de santé en Afrique en général et au Mali en particulier, d’où la nécessité, selon lui, de  développer la production locale des médicaments et des autres produits de santé.  Et d’ajouter que l’objectif de ce salon est de créer les meilleures conditions du développement du partenariat public/privé et privé/privé. « Le but ultime de ce salon est de soutenir la volonté du gouvernement de relancer les activités de l’Usine malienne des produits pharmaceutiques (UMPP), jadis un fleuron et une fierté des Maliens »,a-t-il dit. Selonlui, cet évènement s’inscrit en droite ligne de la vision édictée par le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goita, qui est le respect de la souveraineté nationale, le respect du choix des partenaires et de l’intérêt du Mali et des maliens.

Occasion pour lui d’affirmer que pendant trois jours, plusieurs questions relatives à la médecine et à la pharmacie sur le continent africain seront abordées et traitées par des experts venus du Mali et de l’Etranger.

Dans son allocution, la Secrétaire générale du ministère algérien de l’Industrie et de la production pharmaceutique, Driffa Khoudir, a insisté sur la nécessité de promouvoir l’industrie pharmaceutique et de l’ériger en secteur stratégique à fort potentiel pour la diversification économique du pays et la convertir vers un secteur créateur de richesse. Elle a aussi mis l’accent sur l’importance cruciale de renforcer la coopération entre les pays africains pour permettre la souveraineté sanitaire et pharmaceutique dans le continent.

De son intervention, il ressort que l’Algérie est aujourd’hui une référence en matière de la production pharmaceutique en Afrique, contrairement aux pays africains. Qu’elle produit plus de 80% des médicaments consommés dans le pays. Pour elle, le Mali peut s’inspirer de l’exemple algérien pour garantir sa souveraineté pharmaceutique. « Keneya Expo est un cadre idéal pour discuter de tout cela », a noté la Secrétaire générale du ministère algérien de l’Industrie et de la production pharmaceutique.

Pour sa part, le Premier ministre de la Transition, Dr Choguel Kokalla Maiga, a exprimé son optimisme aux conclusions et mesures concrètes qui émergeront des discussions entre les différents participants de ce salon. Qui représente à ses yeux, une importance capitale pour le développement de l’industrie pharmaceutique dans notre pays. Il a salué le choix de l’Algérie comme pays d’Invité d’honneur compte tenu de son expertise avérée en matière de production pharmaceutique. A l’entame de son propos, il a tenu à rappeler que la COVID-19 a mis en évidence l’insuffisance des moyens de prise en charge médicale en Afrique et la nécessité de renforcer la production locale de médicaments. Et s’est dit fier de la relance de l’Usine Malienne des Produits Pharmaceutiques(UMPP) par le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goita.

Source: maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *