Crise économique et énergétique : Le Mouvement  » Tabalé  » réclame une réduction du train de vie de l’Etat

Crise économique et énergétique : Le Mouvement  » Tabalé  » réclame une réduction du train de vie de l’Etat

Afin de résorber les conséquences de la crise économique et énergétique qui assaille les populations, le Mouvement  » Tabalé « , (Plate-forme Mondiale Des Acteurs du Changement) réclame une réduction du train de vie de l’Etat notamment la Primature, le CNT et la Présidence de la Transition.

Dans sa déclaration du mois de décembre, Le Mouvement Tabalé attire l’attention des autorités sur la crise économique et énergétique  » qui s’aggrave, malgré les annonces publiques faites et les mesures conservatoires prises par l’Etat « . Ainsi, il demande au Gouvernement,en sa qualité d’organe d’exécution des politiques nationales, de prendre des mesures pour réduire le train de vie de l’Etat, notamment celui de la Primature, du CNT, et de la Présidence de la Transition  »

En effet, les données du projet de Loi de finances prévoient une hausse budgétaire des grandes institutions de la République. Selon le document les dotations budgétaires de la présidence de la République en 2024 se chiffrent à plus de 17,5 milliards de FCFA contre 15, 1 milliards en 2023. Celles du Conseil National de Transition passe de 11, 4 milliards de FCFA à près de 16 milliards soit une hausse de près de 3 milliards.Quant au portefeuille budgétaire de la Primature il s’élèvent à 13,1 milliards FCFA contre 12,9 milliards FCFA en 2023

Au plan sécuritaire, le Mouvement Tabalé dit avoir apris acte de la reprise de Kidal par les FAMa le 14 Novembre 2023. Rappelant son attachement à la préservation de l’intégrité territoriale du Mali de Kayes à Kidal, il soutient que  » c’est l’enlisement de l’application de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger,signé à Bamako en mai 2015 entre l’Etat et les Mouvements armés, qui a été la source principale de la reprise des hostilités.

Toutefois, « le Mouvement Tabalé est convaincu que l’exploration et l’exploitation des voies et moyens pacifiques, à travers le dialogue et les négociations pour résoudre le problème dit du Nord du Mali, sont préférables pour ne pas mettre en mal davantage l’équilibre national et la cohésion sociale du Mali », peuton lire dans sa déclaration.

Bamako.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *