Coupure intempestive : Lamine Seydou Traoré dos au mur !


L’électricité est devenue un luxe depuis un certain temps. Les Maliennes et les Maliens ont soif du courant. Le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau Lamine Seydou Traoré est muet comme une carpe. A-t-il encore du jus?

De toute façon, après son fameux « fatwa » pour donner de l’électricité, Lamine Seydou Traoré est silencieux sur la coupure intempestive au Mali. Le Mali est dans l’obscurité. La situation s’empire du jour en jour. Des quartiers de la capitale malienne peuvent faire plus cinq (5) heures de temps sans électricité. Tout le monde crie maintenant surtout ces derniers temps.

En dépit des critiques émises contre l’Energie du Mali (EDM), elle continue de pondre des communiqués chaque jour pour évoquer des perturbations dans la fourniture de l’électricité dans les quartiers de Bamako. Concernant l’électricité, le Mali n’a pas encore eu de solutions à ce fléau. L’électricité est devenue un luxe sous cette période transitoire. Le nouveau Mali a-t-il oublié l’électricité ? .

L’électricité est perturbée quasiment toute la journée dans tout Bamako. Les autorités de la transition ont-elles failli à leur mission? Après 30 ans de démocratie, l’Etat ne parvient toujours pas à fournir le Mali en électricité. L’EDM a fait un fiasco. La situation n’est pas du tout maitrisée nonobstant le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta (Paix à son âme).

Lamine Seydou Traoré est silencieux face à des coupures intempestives au Mali particulièrement à Bamako. En 2021, lors d’une visite à la centrale Sirakoro Nèguètana, le ministre avait martelé qu’à partir de 2022, la perturbation de l’électricité sera un mauvais souvenir pour les Maliens. ‘’ Après l’opérationnalisation de cette centrale (Sirakoro Nèguètana), Bamako ne connaitra plus de coupure intempestive’’, avait évoqué lors de sa visite. Deux (2) ans après, la situation ne s’améliore point. Le problème demeure.

Le ministre des Mines de l’Energie et de l’Eau a le dos au mur. Les promesses n’ont pas été tenues d’où cet adage de chez nous : « Le temps est le meilleur juge ». Actuellement Lamine Seydou ne sait plus quoi dire. Il a failli. Le fléau n’est pas toujours résolu.

Diakaridia Sanogo

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *