Coup d’envoi à Abidjan de la 34e édition de la CAN (SYNTHESE)

Coup d’envoi à Abidjan de la 34e édition de la CAN (SYNTHESE)

La 34e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football a démarré samedi à Abidjan pour près d’un mois de compétition en Côte d’Ivoire, pays hôte.

Initialement prévue entre juin et juillet 2023, la 34e CAN a dû être décalée du 13 janvier au 11 février 2024 pour éviter la grande saison des pluies en Côte d’Ivoire. Créée en 1957 par la Confédération africaine de football (CAF), la CAN se tient généralement tous les deux ans.

C’est le Stade olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé, dans les encablures d’Abidjan, qui accueille ce samedi la cérémonie d’ouverture et le match inaugural entre la Côte d’Ivoire et la Guinée-Bissau en attendant la grande finale du 11 février.

D’une capacité de 60.000 places, le stade a été inauguré en octobre 2020 et rénové un an plus tard pour le mettre en conformité avec les normes de la CAF.

Dans un pays où le football est le sport roi, la compétition se déroulera dans quatre autres villes à l’intérieur du pays. La Côte d’Ivoire attend près de deux millions de visiteurs, selon les organisateurs.

Le comité d’organisation entend faire de cette 34e édition présentée comme “la CAN de l’hospitalité” une “expérience unique” pour les spectateurs et supporters à travers le triptyque “hospitalité, passion et partage”.

Le tournoi réunit 24 équipes réparties dans six poules. Les deux premiers de chaque groupe et les quatre meilleurs troisièmes se qualifient pour la phase à élimination directe.
Jouant à Abidjan dans le groupe A avec le Nigeria, la Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale, la Côte d’Ivoire, pays organisateur et deux fois vainqueur de l’épreuve en 1992 et 2015, peut compter sur le soutien de sa population pour aller loin dans la compétition.

Le Nigeria, trois fois champion d’Afrique, mais qui n’a pas gagné depuis 2013, fait toujours partie des favoris. La Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale en sont à leur quatrième participation à une phase finale de la CAN et se présentent comme des petits poucets dans ce groupe.

L’Egypte est le pays ayant remporté le plus de CAN avec sept victoires dont trois fois de suite et finaliste malheureux de la précédente édition. Quant au Ghana, il a remporté quatre fois la CAN alors que le Cap-Vert et le Mozambique sont respectivement à leur quatrième et cinquième participation.

Le Sénégal, champion en titre, aura fort à faire face au Cameroun quintuple champion d’Afrique. La Guinée, avec 14 participations, et la Gambie, qui après seulement deux participations a atteint les quarts de finale en 2021, pourraient jouer les trouble-fêtes et déjouer les pronostics.

Dans le groupe D basé à Bouaké, l’Algérie (championne en 1990 et 2019) et le Burkina Faso (4e en 2021 et 3e en 2019) sont mieux placés pour arracher les deux tickets qualificatifs face à la Mauritanie et à l’Angola.

Le groupe E qui joue à Korhogo est une poule qui semble équilibrée avec le Mali, la Tunisie, l’Afrique du Sud et la Namibie.

La Tunisie et l’Afrique du Sud, championnes d’Afrique respectivement en 2004 et 1996, doivent s’attendre à une farouche résistance du Mali et de la Namibie.

Le Maroc, première équipe africaine à atteindre l’année dernière au Qatar les demi-finales de la Coupe du monde, devrait assurer sa place de leader dans le groupe F à San Pedro où la Tanzanie fait figure de petit poucet devant la République démocratique du Congo, deux fois vainqueur de la CAN (1968 et 1974) et la Zambie vainqueur en 2012 après avoir battu la Côte d’Ivoire aux tirs au but.

Source: maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *