Comité du pilotage de l’ITIE : les rapports 2022 et 2023 ainsi que le plan de travail 2024 examinés et adoptés

Comité du pilotage de l’ITIE : les rapports 2022 et 2023 ainsi que le plan de travail 2024 examinés et adoptés

La  première session 2024  du comité  de pilotage de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractive s’est tenue, le vendredi  5 janvier,   au ministère des Mines sous la présidence du Chef du cabinet de ce département, Ibrahim Kébé. 

La session a regroupé au département des mines  l’ensemble des parties prenantes  du comité de Pilotage  de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractive  (ITIE). Les représentants de l’Etat  en passant  par la société civile  jusqu’aux cadres des industries extractives  qui opèrent au Mali. Au cœur de la session,  l’examen et la validation  du périmètre de cadre  des rapports ITIE 2022 et 2023 et le plan de travail de l’année 2024.

Pour le chef de cabinet du ministre des Mines, l’examen de ces rapports intervient au moment où le gouvernement a procédé à l’adoption  du code minier et de la loi sur le contenu, ouvrant  la voie à l’énorme opportunité de développement endogène et à d’importantes ressources budgétaires.  Partant de cette vision, selon Ibrahim Kébé,  le gouvernement reste  pleinement engagé dans la poursuite de la mise en œuvre  de l’ITIE. Ce, en vue de promouvoir  la transparence  et la bonne gouvernance dans les industries extractives.

A travers l’ITIE,  le Chef de cabinet  du ministère des  mines a indiqué que  secteur  des mines doit être un moteur de croissance et de développement  du pays  afin de réduire  la pauvreté et améliorer les conditions de vies,  des populations maliennes.  Il faut noter que ces certaines dispositions du nouveau code minier de 2023 exigent au détenteur ou postulant du titre minier  de respecter et les règles de l’ITIE. «  Ces normes ITIE  sont  un parfait indicateur de l’engagement de l’ensemble des acteurs à œuvres  pour un secteur  minier dense et respectueux des principes de gouvernance vertueuse, en cohérence avec la volonté de lutte contre  la corruption des autorités de transitions »,  a  indiqué le chef de cabinet.  Lequel a exhorté  toutes les parties prenantes  à collaborer  pour promouvoir  la compréhension de la gestion des ressources naturelles, le renforcement de la gouvernance  et de la rédévabilité publique des entreprises, enfin de fournir  les données nécessaires à  l’élaboration des politiques publiques et le dialogue multipartite dans le secteur extractif.

Pour rappel, le conseil d’administration ITIE international  a posé des exigences qui  s’appliqueront à tous ses démembrements des industries extractives. Il s’agit de l’engagement du gouvernement, de la société civile, l’octroi  et la gestion de licences ainsi que la divulgation  des contrats dans  la transparence totale.

 Siaka DIAMOUTENE

Source: maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *