“Ça ne me dérange pas d’être Nelson Mandela”: Trump se compare à l’ancien Président sud-africain

“Ça ne me dérange pas d’être Nelson Mandela”: Trump se compare à l’ancien Président sud-africain

Donald Trump, qui fait face à plusieurs actes d’accusation alors qu’il souhaite se présenter à la prochaine élection présidentielle, s’est comparé à Nelson Mandela. L’ancien dirigeant américain s’estime victime de persécutions politiques, comme la figure de la lutte anti-apartheid.
Parallèle flatteur. Donald Trump n’a pas hésité à se placer sous le patronage de Nelson Mandela, lors d’une allocution dans le New Hampshire. L’ancien Président américain a expliqué être la cible de la justice, tout comme le héros sud-africain de la lutte contre l’apartheid, qui a passé vingt-sept années en prison.
L’ancien locataire de la Maison-Blanche a fustigé un acharnement judiciaire contre sa personne, dû selon lui à la contestation des résultats de la présidentielle de 2020.
“Ils s’en prennent toujours à ceux qui contestent les résultats des élections, mais jamais aux tricheurs. Si vous contestez les résultats, ils vous pourchassent […] Mais nous n’avons pas peur, ça ne me dérange pas d’être Nelson Mandela parce que je le fais pour une raison. Nous devons sauver notre pays de ces fascistes et de ces fous”, a-t-il ainsi déclaré.
La comparaison a cependant fait bondir plusieurs observateurs. Les noms de Trump et Mandela ne devrait jamais être associés dans la même phrase, a ainsi écrit sur X (anciennement Twitter) Richard Stengel, ancien sous-secrétaire d’État américain à la Diplomatie publique.
L’ancien Président américain fait face à quatre inculpations pénales ainsi qu’à des procès civils. Il est en particulier soupçonné d’avoir gonflé ses actifs immobiliers, les surévaluant entre 812 millions de dollars et 2,2 milliards de dollars de 2014 à 2021, selon le juge Arthur Engoron.
Donald Trump est également poursuivi pour des tentatives présumées d’inverser les résultats de l’élection de 2020. Mi-octobre, la justice américaine lui avait d’ailleurs interdit de faire des commentaires publics sur les procureurs, les personnels du tribunal et les témoins dans cette affaire.
Le fantasque milliardaire avait d’ailleurs été placé brièvement en état d’arrestation le 24 août dernier, avant d’être libéré sous caution. Il en avait résulté une photo historique, l’ancien Président s’étant fait tirer le portrait comme un inculpé lambda.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *