Brésil : le président Lula envisage 2 voyages en Afrique


 

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva au sommet sud-américain au palais Itamaraty à Brasilia, Brésil, le 30 mai 2023 © Andre Penner/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Le dirigeant brésilien devrait se rendre dans pas moins de huit pays africains à partir d’août prochain, en vue de renforcer les liens politiques et économiques avec le continent.

Le dirigeant brésilien devrait se rendre dans pas moins de huit pays africains à partir d’août prochain. Objectif : renforcer les liens politiques et économiques avec le continent.

Luiz Inácio Lula da Silva envisage d’effectuer ces deux tournées pour renforcer les relations économiques et politiques avec le continent, d’après des sources officielles.

L’Angola, le Mozambique, le Sénégal, le Ghana, l’Ethiopie, le Nigeria et Sao Tomé & Principe figurent parmi les pays qui devraient être visités par le dirigeant brésilien.

Sa première tournée devrait coïncider avec le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des BRICS prévu en août prochain en Afrique du Sud, alors que la seconde pourrait avoir lieu en marge du prochain Sommet de l’Union africaine qui se tiendra en février 2024.

Le Brésil prévoit également de rouvrir son ambassade en Sierra Leone et d’installer une représentation diplomatique au Rwanda.

Développer les échanges commerciaux

On l’aura compris, le Brésil souhaite élargir sa coopération économique avec le continent conformément à la stratégie d’intégration Sud-Sud du président Lula da Silva.

Durant les précédents mandats de Luiz Inácio Lula da Silva, le Brésil avait donné un coup d’accélérateur à ses relations avec le continent. Résultat : le commerce entre les deux parties avait été multiplié par sept en une décennie, passant de 4,2 milliards de dollars en 2002 à 28,4 en 2012.

Mais le rapprochement entre l’Afrique et le Brésil a pris du plomb dans l’aile. La crise économique et politique qui a secoué le pays latino-américain à partir de 2014 n’y est pas étranger.

Les échanges commerciaux entre les deux parties ont plongé. Ils se sont limités à 21,3 milliards de dollars en 2022, soit pratiquement le même niveau qu’en 2010.

Source: Toute l’information internationale


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *