Attaque au couteau à Sirakoro Meguetana : *”Les esprits m’ont ordonné de le t…

Attaque au couteau à Sirakoro Meguetana : *”Les esprits m’ont ordonné de le t…

Un homme s’en est pris à un groupe d’écoliers sur la route de l’école, à  l’aide d’un couteau bien aiguisé.*

*Les faits se sont déroulés à FARAKO-MOUTOUNGOULA, commune de KALABAN-CORO, ce mercredi 19 octobre 2023 vers 12h 30mn. Âgé de 43 ans, né à Fana, marié et père de 06 enfants, le forcené a été arrêté par les témoins, passants et voisins alors qu’il tentait d’egorger un garçon de 06 ans qu’il a pu attraper. Les autres enfants ont  pris la tangente en criant “mogo fagala, mogo fagala, mogo fagala” (au tueur, au tueur …”).*

Ces cris de détresse ont alerté les passants et voisins du quartier lesquels ont immédiatement répondu aux appels. Une promptitude qui a permis de sauver l’enfant d’une  mort certaine.

Les justiciers étaient alors partagés sur la sentence à appliquer à ce tueur d’enfants : l’immoler dans un feu ardent ou l’égorger à l’aide de son propre couteau ! Les avis étaient partagés et…

Les voies du Seigneur sont impénétrables, dit-on. La preuve : dans le groupe de sauveurs  se trouvait le propre père du gamin sur le point d’être égorgé. Ce père  a tout simplement réagi sans savoir qu’il s’agissait de son fils.

Et dès qu’il le reconnut, il se précipita sur lui et le transporta

à l’hôpital de référence de la localité pour les premières soins. L’enfant était légèrement blessé et surtout sous le choc… _Une leçon à tous les paternels : assistez donc tout enfant comme s’il était le vôtre !_

UN DRÔLE DE FOU

Et qu’est-il advenu du potentiel égorgeur ? A-t-il été immolé par le feu ou égorgé ? Ni l’un ni l’autre. Il eut la vie sauve grâce à l’intervention de certains témoins et la promptitude de la Police, non sans être copieusement molesté par une foule en colère.

Il fut conduit devant le chef

de village de Farako-Moutoungoula, lequel alerta la Police de SIRAKORO Meguetana qui arriva immédiatement sur les lieux. Fort heureusement ! Et pour cause.  La foule, de plus en plus incontrôlable, commençait déjà à prendre d’assaut le domicile du chef de village où le présumé meurtrier avait trouvé refuge.

Une équipe d’intervention de la police militarisée du commissariat de Police de SIRAKORO Meguetana dirigé par le commissaire principal MAMOUDOU SANOGO arriva promptement dans la cour du chef de village de Farako-Moutoukoula. La foule hostile était toujours là,  dans tous ses états et toujours divisée sur la question: l’immoler ou l’égorger !

Le Commissaire compris vite qu’il fallait négocier. L’usage de la force n’aurait servi qu’à compliquer la situation. La sensibilisation : c’est d’ailleurs  l’une des principales armes de dissuasion de la police. Un aspect que l’on oublie très souvent. Passons !

Le professionnalisme de l’équipe d’intervention  permit en tout cas d’éviter le pire.

Cela n’est pas un hasard pour qui sait que lors de la cérémonie de sortie des 3.239 sous-officiers de la Police militarisée à  l’Ecole de Police de Bamako le jeudi 07 aout 2023, le Directeur Général de la Police Nationale, le Commissaire Général de Brigade Soulaïmane TRAORÉ a souligné avec insistance  que «la meilleure façon de protéger nos personnels est de leur assurer la meilleure formation possible, celle qui leur permettra de faire face efficacement à toutes les situations d’insécurité qui se présenteront à eux, y compris les plus improbables. Il en va de notre devoir et de notre responsabilité car notre credo est “Force doit toujours rester à la loi !*” Une leçon visiblement bien assimilée.

Le forcené fut ainsi  conduit au Commissariat.  Il a reconnu avoir tenté d’egorger ce garçon de 6 ans de la 1ère année de l’école fondamentale à Farako-Moutoungoula. Il prétendit que le petit garçon la défié en refusant de fuir comme les autres. “C’est en ce moment que les esprits m’ont ordonné de le tuer” a-t-il déclaré.

Il reconnaît cependant lui-même, être un déficient mental et avoir dailleurs séjourné à l’hôpital du Point-G dans le bloc psychiatrique appelé 《Cabanon》. Des informations faciles à vérifier, à ses dires.

Et d’ajouter qu’il a passé un bon moment à Marka-Coungo à 70 km de Bamako. Les habitants de cette localité pensent eux aussi qu’il est fou, souligne-t-il.

*Drôle d’assassin et/ou de possédé qui tente vaille que vaille et en toute lucidité, de convaincre le monde entier de son état d’esprit ! Bizarre !*

Signalons en tout cas que tout ancien pensionnaire de (Cabanon) obtient une fiche médicale à sa sortie. Notre présumé fou en détient-il ? Ceci est une autre histoire !

Après le délai légal de garde à vue, il a été transféré au parquet de la commune 6 et placé sous mandat de dépôt… comme une personne normale. Peut-être, l’est-il ?

_Bravo à la police militarisée_

 Source: maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *