Après l’arrestation et l’incarcération à la maison centrale d’Arrêt, de leur président Toumany Traoré et son vice-président, porte-parole, Baccary Diambou, l’association Dagakané de Yélimané revient à la charge. Cette fois-ci, elle demande la démission du


La semaine dernière, l’Association Cercle de Yélimané « Dagakane » a organisé une conférence de presse à la Maison de la Femme de Sabalibougou, pour manifester son mécontentement sur la situation qui prévaut entre elle et Madi Kama Diawara, le préfet du cercle de Yélimané. Elle accuse le préfet d’être à la base de l’arrestation de leurs leaders à Bamako. Elle demande la démission du préfet.

Dans leur thèse développée lors de la conférence, le préfet actuel Madi Kama Diawara aurait fait subir aux populations de Yélimané un manque de respect total vis-à-vis de l’aspect culturel et social. A les en croire, ce dernier a révoqué le chef de village de Yélimané Sébbé, Sadio Niakaté en mettant en péril les valeurs coutumières et culturelles. Le préfet serait aussi dernière une campagne de dénigrement d’incitation à la violence entre des villages et contre Dagakané, selon Abouzeidi Maréga, membre de l’association.

Toutes ces manœuvres ne sont que des démarches occultes des hommes politiques en manque de popularité cherchant à inculper à tort leur association, disent-ils. « Nous condamnons de la manière la plus ferme l’arrestation et l’incarcération extra-judiciaire de nos présidents Toumani Traoré et Baccary Diambou. Nous demandons leur libération dans le plus bref délai », a prôné l’association. Aussi, ils ont réitéré leur demande du départ immédiat du Préfet de Yélimané qui selon eux, ne rend service ni à l’Etat ni à la population de Yélimané. Il l’accuse d’être à une mission politique, que l’association a toujours dénoncée.

Koureichy Cissé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *