Animation permanente de l’arène politique : Un pari osé que les Fare sont en train de relever par un parfait quadrillage du pays

Animation permanente de l’arène politique : Un pari osé que les Fare sont en train de relever par un parfait quadrillage du pays

Rester en contact avec les Maliens même en dehors des périodes électorales ! Cela est un pari aujourd’hui très osé pour nos partis politiques, surtout qu’ils sont privés de la manne financière qu’est l’aide publique. Le parti des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE-ANKA WULI) est l’une des rares formations politiques qui y parviennent pour le moment. C’est la preuve de l’engagement de son leader, Modibo Sidibé (réélu à la tête du parti en janvier 2022 pour un nouveau mandat de 4 ans). Une détermination qui résulte incontestablement de la croyance à un idéal politique, l’existence d’une vision qui inspire tous les actes et les décisions politiques. Chez les FARE, cette vision a été baptisée «Mali horizon 2030» !

«Mali horizon 2030» ! C’est une vision et 76 engagements pour bâtir «un Etat fort et stratège, une économie solide et compétitive ainsi qu’une nation solidaire et responsable». Ce défi est donc au cœur de l’ambition de Modibo Sidibé pour le Mali. «Ma conviction est que notre pays est bien placé pour, une fois de plus, apporter la richesse de son expérience historique (crises comprises) à cette nouvelle étape de l’émancipation africaine», souligne-t-il dans ce document.

Du village de Nientasso (région Kita) à Mopti en passant par Ségou (où lui a été décerné le Prix Ciwara le 9 octobre 2023 pour sa contribution à la promotion et au développement de l’artisanat au Mali) Bafoulabé, Mahina… Le président des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE-ANKA WULI) a sillonné le pays cette année pour partager cette vision avec les Maliens à la base, recueillir leurs opinions, leurs préoccupations, leurs suggestions et propositions. Et dans toutes les localités (hameaux, villages et centres urbains), Modibo Sidibé est allé à la rencontre des populations locales jusque sur leurs lieux de travail afin de mieux s’imprégner de leurs difficultés au quotidien, leurs aspirations… Sans compter les visites de courtoisie aux autorités traditionnelles, religieuses, administratives et aux notabilités.

Le moment phare de ces visites de terrain est sans doute la rencontre citoyenne avec toutes les forces vives locales. Une initiative qui occupe une place de choix dans sa vision baptisée «Mali horizon 2030» et qui justifie son ambition pour le Mali. «Il est temps maintenant, face aux multiples périls qu’il y a en la demeure malienne, que notre peuple puisse se réunir pour parler, de la base au sommet, afin de revisiter nos institutions et nos pratiques démocratiques et proposer des réponses endogènes aux maux dont souffre le pays», explique-t-il dans le document. Et de poursuivre, «il est temps d’envisager ensemble, dans la sérénité et dans le respect des principes républicains, une nouvelle légitimation de l’État qui s’inscrirait dans le cadre d’une vision partagée du Mali de demain». Autrement, les Fare sont conscientes que tout pouvoir digne de  ce nom doit tirer d’abord sa légitimité de l’adhésion des populations à sa vision.

En dehors de cette présence régulière sur le terrain politique, en dehors de la capitale et des campagnes électorales, les Fare sont aussi omniprésentes dans le débat politique sur la vie de la nation. Elles ne se privent pas de prendre position en fonction de convictions profondes. Et contrairement à de nombreux partis qui brillent ces derniers mois par la politique de la  chaise vide aux grandes rencontres sur l’avenir de la nation, les Fare ont opté de toujours occuper la leur (chaise) préférant ainsi venir dire en face de tous ce qu’elles pensent des questions débattues.

Ce fut le cas par exemple le 26 juillet 2022 au CICB pour répondre à l’invitation du président du Comité d’experts mis en place par le président de la Transition pour la rédaction d’une nouvelle constitution. «A travers ce geste républicain et de courtoisie, le parti espérait avoir des réponses à des questions précises en lien avec la démarche de rédaction d’une nouvelle constitution…», avait précisé le parti dans un communiqué publié (10 janvier 2023) après cette rencontre. Et au finish, les Fare avaient demandé l’abandon de ce projet de nouvelle constitution en  souhaitant la reprise de l’initiative afin de créer «les conditions d’inclusivité autour des forces politiques et sociales pour une refondation réelle du Mali en crise».

Au sein des Fare, avoir le courage de ses convictions est un principe sacré. «Nous avançons nos idées, nos propositions, notre façon de voir l’avenir de ce pays, sans jamais répondre aux attaques. Nous ne sommes pas dans la délation, la calomnie, les dénigrements, les insultes, les injures, les grossièretés», revendique l’un de ses responsables. Comme quoi, dans la chapelle politique de Modibo Sidibé, on ne manque pas de valeurs pour se distinguer des autres partis !

Naby

 

Un pacte d’avenir avec les Maliens pour les générations futures

La revitalisation de la démocratie malienne est au cœur de la vision «Mali horizon 2030» de Modibo Sidibé, président du parti des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE-ANKA WULI). «Osons enfin porter un véritable renouveau démocratique, une véritable refondation que mérite le pays, en trouvant en nous-mêmes l‘imagination et le courage d’apporter aux épreuves et défis nos propres réponses», c’est le souhaite exprimé par l’ancien Premier ministre (de feu le Général Amadou Toumani Touré) dans ce projet de société.

Cette audace doit aussi permettre aux forces vives de la nation d’inventer «les pratiques politiques, administratives et démocratiques que nous serons en mesure de reconnaître spontanément comme nôtres ; les institutions sur lesquelles chaque Malien doit pouvoir compter pour défendre ses valeurs, ses droits et faire prendre au pays les bonnes directions. Des institutions qui doivent enfin inspirer à chacun l’envie de les servir, de les respecter et de les défendre».

Pour le père de «L’initiative riz», le renouveau démocratique nécessite un processus transitoire dont le contenu est résumé dans sa vision «Mali horizon 2030». En  effet, rappelle-t-il, «cette transition, je la juge aussi importante que notre accession à la souveraineté, il y a un demi siècle. Je l’ai nommée Mali horizon 2030 parce que ces grands changements demandent du temps desquelles la dignité, cette vertu que les Bamanans nomment dambé et qui ne supporte ni le mensonge, ni le vol, ni la trahison». Pour le leader des Fare, il s’agit d’un «Pacte d’avenir avec le peuple et les générations futures».

En leader politique éclairé, Modibo Sidibé s’engage ainsi à mettre en marche une transition institutionnelle et démocratique ; une transition vers une économie diversifiée ainsi que des infrastructures et des services de 2e génération ; une transition sociale, sanitaire et éducative ; une transition culturelle pour que le Mali rayonne dans le monde ; une transition générationnelle avec cette conviction que «la première des solidarités qui fondent notre civilisation, c’est celle qui unit les générations, le respect et l’amour entre les enfants et les parents». Il s’agit aussi pour lui de responsabiliser les forces vives de la nation avec cette conviction affirmée que «deux millions de jeunes, ce sont deux millions de d’opportunités de créations de richesses et d’emplois ; deux millions de concitoyens pleins de créativité, d’appétit de la vie, d’ouverture à la modernité».

«Certains prônent le désengagement de l’Etat et la toute puissance de l’économie de marché. Je pense qu’une telle option serait une catastrophe pour notre pays». C’est pourquoi le leader des Fare souhaite plutôt rénover l’Etat pour lui permettre de «jouer pleinement son rôle de stratège du développement, de l’unité nationale et de la solidarité».

Ces transitions sont autant d’axes d’une ambition politique peaufinée à la base de l’expertise et de l’expérience  forgées par un brillant parcours au sommet  de l’Etat (Directeur de cabinet, Secrétaire général de la présidence, ministre chargé de divers portefeuilles… Premier ministre) ; les échanges fréquents avec les Maliens dans les «Grins» et dans leurs zones de résidence ; les enseignements tirés des facteurs ayant entraîné notre pays dans l’impasse actuelle… Ce qui fait de «Mali horizon 2030» une vision politique en totale rupture avec la navigation à vue qui a le plus souvent caractérisé les différents régimes du Mali démocratiques. Elle fait de l’audace un principe de la gouvernance démocratique !

Source: maliweb.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *