Afrique du Sud : 3 hommes blancs inculpés pour une attaque raciste


 

En Afrique du Sud, trois hommes blancs ont été inculpés de crimes, dont une tentative de meurtre, après une attaque présumée raciste contre deux noirs, suscitant l’indignation générale.

Les hommes ont été filmés en train d’agresser les adolescents noirs qui se trouvaient dans une piscine de la station balnéaire de Maselspoort, dans la province de Free State. Les hommes tentaient d’empêcher les adolescents de se baigner, affirmant que la piscine était réservée aux Blancs.

Une vidéo filmée le jour de Noël, en plein été austral, montre ces hommes d’âge mûr tenter d’étrangler, gifler, mettre la tête sous l’eau deux cousins gringalets de 15 et 18 ans qui se débattent, donnent des coups de poing. L’un des hommes, cigarette à la main, empoigne les cheveux du plus jeune et lui secoue la tête.

D’autres séquences vidéo de sécurité montrent les hommes tentant d’empêcher les adolescents d’entrer dans la piscine et le groupe de personnes blanches qui se baignaient à ce moment-là sortant de la piscine dès que les adolescents noirs y sont entrés.

Apartheid

Ces images de violence crue, tristement évocatrices de l’apartheid, auraient été précédées d’un vif échange au cours duquel les hommes ont interdit l’usage de la piscine aux garçons, insistant sur le fait qu’elle était réservée aux clients du centre de vacances.

Selon des témoins, ils n’auraient pas explicitement dit « réservée aux Blancs » mais dans un contexte sud-africain, c’est ce que beaucoup ont immédiatement entendu.

Le père et oncle des adolescents, Brian Nakedi, a raconté à la presse être venu, à la demande des deux jeunes, expliquer à ces hommes « qui se trouvent être blancs » que les adolescents, logés sur place, avaient droit d’accéder à la piscine. « Ils ont dit que c’était un malentendu » mais dès son départ, la bagarre a éclaté.

Selon la police, Johan Nel, 33 ans, et Jan Stephanus van der Westhuizen, 47 ans, ont été libérés sur avertissement et devraient comparaître à nouveau devant le tribunal l’année prochaine. « Les deux hommes ont comparu devant le tribunal pour des accusations de voies de fait simples et de crimen injuria et l’affaire a été reportée au 25 janvier 2023, tout en étant libérés sur avertissement », a déclaré le commissaire de police Baile Motswenyane.

Le troisième suspect devait comparaître devant le tribunal jeudi, alors que divers partis et activités politiques manifestaient devant le palais de justice.

Tensions raciales

L’incident s’est déroulé à Bloemfontein, dans la province du Free State, une région connue pour des tensions raciales récurrentes. Celaa été largement condamné, notamment par le président Cyril Ramaphosa.

« En tant que Sud-Africains noirs et blancs, nous devrions être unis pour condamner toutes les manifestations de racisme et les tentatives d’expliquer ou de défendre de tels crimes. Le racisme n’est pas un problème qui doit être combattu uniquement par les Sud-Africains noirs », a déclaré M. Ramaphosa dans un communiqué.

Des membres du parti de gauche Economic Freedom Fighters se sont rendus dans le complexe et ont exigé des réponses du directeur, qui a affirmé que le complexe n’avait pas de politique de ségrégation raciale.

Le racisme reste un problème épineux en Afrique du Sud près de 30 ans après la transition de l’Afrique du Sud d’un régime de minorité blanche, connu sous le nom d’apartheid, à la démocratie.

En 2018, l’agent immobilier Vicky Momberg a été condamné à trois ans de prison pour avoir crié des insultes racistes à un policier noir, dans un jugement historique qui a été le premier à emprisonner une personne pour un acte raciste.

En 2020, Adam Catzavelos, un homme blanc, a été reconnu coupable de « crimen injuria » et condamné à une peine avec sursis après avoir proféré des insultes racistes dans une vidéo qui a circulé sur les médias sociaux.

Sources additionnelles • AFP


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *