Afrique : 8 ans de prison pour cet ancien président

Afrique : 8 ans de prison pour cet ancien président

’ex-président tunisien Moncef Marzouki a été condamné par contumace à 8 ans de prison ferme par le tribunal de première instance de Tunis.

Reconnu coupable de tentative de « provoquer le désordre » dans le pays, il était poursuivi pour des propos tenus sur les réseaux sociaux.

Vivant en France, M. Marzouki s’est imposé ces derniers mois comme un virulent opposant au régime de l’actuel chef de l’État Kaïs Saïed.

Fin 2021, il avait déjà écopé de 4 ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’État » après avoir appelé le gouvernement français à cesser de soutenir M. Saïed lors d’une manifestation à Paris.

Ses nouveaux propos, publiés sur les réseaux sociaux, lui valent d’être reconnu coupable d’avoir cherché à « changer la forme du gouvernement », « incité à l’armement » et « provoqué le désordre ».

Des accusations graves portées par un pouvoir tunisien soucieux de museler ses opposants.

M. Marzouki, 78 ans, critique avec virulence le « coup de force » de M. Saïed depuis juillet 2021.

Ce dernier s’est arrogé les pleins pouvoirs en suspendant le Parlement et en gouvernant par décrets.

L’ancien président dénonce un régime « putschiste » et accuse M. Saïed d’avoir « comploté contre la révolution » de 2011.

Malgré son statut de premier président démocratiquement élu après la chute de Ben Ali, l’image de M. Marzouki s’est brouillée en Tunisie.

La raison : son alliance controversée avec le parti islamiste Ennahdha.

La condamnation à de la prison pour l’ancien président résonne comme un nouvel avertissement du pouvoir tunisien à ses opposants.

Source: réseaux sociaux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *