500 personnes tuées dans un village et encore des survivants pour témoigner !


Cette situation nous renvoie une fois de plus à l’usage qui est de plus en plus fait de l’épineuse question à géométrie variable (selon les intérêts et la volonté des puissances occidentales) des droits de l’Homme. Il est clair que cela demeure aujourd’hui le seul moyen de pression de la communauté internationale sur le Mali depuis la brouille entre Paris et Bamako. Et ces derniers mois, notre pays n’a pas cessé de dénoncer l’utilisation qui est faite de ce concept de droit de l’Homme comme moyen de pression politico-diplomatique.

«Nous regrettons tout autant que nous rejetons les velléités d’instrumentalisation et de politisation qu’en font certains partenaires à des fins inavouées», a dénoncé le ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux le 2 mai 2023 à Genève (Suisse) à l’occasion de la présentation du 4e rapport national de notre pays lors de la 43e session du groupe de travail sur l’examen périodique universel. Il faisait allusion à cet acharnement à ternir l’image du Mali et à saper le moral de la troupe sur le front contre le terrorisme.

Et naturellement, comme l’a si bien rappelé le ministre Mamoudou Kassogué à cette Tribune de Genève, notre pays reste ouvert à tout partenariat international. Mais, sous réserve de leur conformité aux principes qui guident désormais l’action publique au Mali ; à savoir le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques et de partenaires opérés par le Mali et la prise en compte des intérêts vitaux du peuple malien dans les décisions prises.

Quant à l’ONU, en tant qu’organisation internationale dont la neutralité est un principe fondamental, elle se doit d’être très rigoureuse dans ses enquêtes en produisant des preuves irréfutables (ce qui suppose des enquêtes et des contre-enquêtes). Et cela d’autant plus que personne ne laisse aujourd’hui bluffer par l’étiquette «indépendant» !

Dan Fodio

Source: Le Matin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *